Par Nephthali Messanh Ledy, Accra

boakye_agyarko-1

Au Ghana, la perte d’énergie électrique est estimée à 21% de la fourniture, selon Koakye Agyarko, le ministre de l’énergie, s’exprimant ce mardi à l’occasion d’un sommet national sur les politiques publiques. Soit un manque à gagner de 1,260 milliards de Cedis (environ 292 millions de dollars US), à raison de 60 millions GHC par pourcentage, annoncé par le ministre.

« Nous devons réduire ces pertes afin de nous assurer que les populations sont de plus en plus satisfaites », a-t-il souhaité. « (…) Nous avons également besoin d’assurer et de préserver un bon état financier aux bonnes fins de transmission. Ceci offre d’importantes opportunités d’investissements dans le système d’approvisionnements ».

Au rang des mesures visant à réduire cette perte ô combien préjudiciable aux budget de l’Etat, l’ajustement des bilans des sociétés de distribution (GRIDco, NEDco et ECG), ajoutant que l’objectif du gouvernement est « d’améliorer le réseau et les opérations de distribution d’électricité, réduire les pertes et améliorer la qualité de l’approvisionnement en électricité ».

En rappel, le Ghana souffre d’un déficit depuis 2012, provoquant des délestages à tout bout de champ. Les récentes mesures mises en place par Accra sont encore loin de mettre fin au « Dumsor » , appellation donnée au fléau par les populations en langue Twi, signifiant « marche/arrêt ».

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser