Par Nephthali Messanh Ledy 
nations-unies-gilbert-houngbo-a-la-presidence-du-fida_ng_image_full
A 56 ans, l’ancien premier ministre Togolais, Gilbert Fossoun Houngbo, a été élu ce mardi à la tête du Fonds international de développement agricole (FIDA) par le conseil des gouverneurs du fonds. Il devra prendre fonctions à Rome dès le 1er avril prochain pour un mandat de 4 ans, succédant ainsi au nigérian Kanayo Nwanze, en poste depuis 2009.

«Je viens du monde rural, j’ai une connaissance parfaite de la réalité du terrain», a confié celui qui est, jusqu’à son élection, le directeur général adjoint de l’Organisation internationale du travail (OIT). Au rang de ses objectifs, une augmentation considérable du financement des opérations du fonds.
Premier ministre du Togo de septembre 2008 à sa démission surprise en juillet 2012, le nouveau président du FIDA est un habitué des institutions internationales. Il a en effet officié au sein du Système des Nations Unies, en qualité de sous secrétaire général de l’ONU et directeur régional du Bureau du PNUD pour l’Afrique.
« Cette élection est la reconnaissance de ses qualités et des ses compétences. Il fait l’honneur de la nation togolaise », salue le président Faure Gnassingbé sur twitter.
Dans sa profession de foi, Gilbert Houngbo avait annoncé qu’il allait poursuivre « le programme d’une amélioration institutionnelle continue et de positionnement stratégique du FIDA sur la scène internationale du développement. Ceci inclura un rôle accru dans les processus internationaux de suivi de mise en œuvre des Objectifs de développement durable (ODD) ».

Fondé en décembre 1977, le FIDA est une institution spécialisée du système des Nations unies destinée à aider financièrement, comme bailleur de fonds et organisateur, au développement agricole et rural dans les pays en développement et en transition. Elle réunit 165 pays, et vise à combattre la faim, la malnutrition et la pauvreté dans les pays.