rtx1ewqk-e1484755118587

La Banque centrale du Nigeria (CBN) a ordonné aux banques nigérianes de s’abstenir de négocier avec des monnaies virtuelles (VC) telles que les bitcoins en raison des risques de blanchiment associés à de telles transactions.

Dans une circulaire publiée mardi 17 janvier, la CBN déclare que ces transactions virtuelles sont en grande partie non traçables et anonymes, les rendant susceptibles d’abus par les criminels, en particulier dans le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

« Les monnaies virtuelles sont échangées sur des plateformes d’échange qui ne sont pas réglementées, partout dans le monde. Les consommateurs peuvent donc perdre leur argent sans aucun recours juridique en cas d’effondrement de ces échanges ou de fermeture des affaires », a déclaré la banque.

Cette directive selon la CBN vise à remédier à ces risques de blanchiment d’argent et de terrorisme financier associés aux échanges de VC.

La CBN par conséquent, a ordonné aux banques de s’assurer qu’elles n’utilisent pas, ne tiennent pas et ne transigent pas dans des devises virtuelles. En outre, le régulateur a averti les banques de veiller à ce que les clients existants qui sont échangeurs de devises virtuelles ont des contrôles efficaces pour se conformer à l’identification du client, la vérification et les exigences de surveillance des transactions.

Le régulateur a également averti que les VC tels que Bitcoin, Ripples, Monero, Litecoin, Dogecion, Onecoin et des produits similaires ne sont pas des offres légales au Nigeria. Ainsi, toute banque ou institution qui effectue des transactions dans de telles affaires le fait à ses propres risques.

Ce contenu pourrait également vous intéresser