img_6363.jpgJean-Mermoz Konandi. Annoncée depuis l’assemblée constitutive du 29 juillet 2015, l’augmentation de capital du fonds Africa50 devrait en principe être actée lors de sa deuxième assemblée générale prévue ce 21 juillet à Casablanca.

 

Le fonds dont le capital s’élève à « 740 millions de dollars EU » selon un communiqué de la Banque africaine de développement (BAD) – à l’origine de véhicule de financement destiné à booster les investissements dans les infrastructures sur le continent – enregistre pour l’heure, outre l’institution panafricaine, 22 pays africains* à son tour de table. Et ce sont 1 milliard de dollars qui devraient être ajoutés à la cagnotte par d’autres Etats et investisseurs du continent à cette occasion selon certaines sources.

 

Cette assemblée générale qui planchera en outre sur l’examen des activités sur l’année 2015 ainsi que l’examen et l’approbation des états financiers clôturés, sera la première grande sortie d’Alain Ebossé, le directeur général d’Africa50 nommé en avril dernier.

 

* Africa50 compte actuellement les Etats suivant au nombre de ses actionnaires : le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Congo, Djibouti, l’Égypte, le Gabon, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Kenya, Madagascar, le Malawi, le Mali, le Maroc, la Mauritanie, le Nigeria, le Niger, le Sénégal, la Sierra Leone, le Soudan, la Gambie et le Togo

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser