BIAC fouleC’est une démarche qui surprend. La faillite virtuelle de la Banque Internationale pour l’Afrique au Congo (BIAC) expose 400 000 déposants et 2500 entreprises.

 Les choses se sont accélérées depuis le 31 mai avec la plainte du gouverneur de la banque centrale, Bonaventure Mutombo, accusant les dirigeants d’être responsables de la banqueroute. Le parquet a été saisi du dossier. La plainte  vise un groupe d’administrateurs visés par la loi  n°003/2002 du 2 février 2002 relative à l’activité et au contrôle des établissements de crédit ».

Ce doigt pointé du gouverneur de la banque centrale est loin de faire l’unanimité. Saisis du dossier, les parlementaires ont plutôt demandé au gouvernement de rembourser à la BIAC environ  30 millions de dollars de crédits déjà  échus. Cette plainte de la Banque Centrale, une “véritable fuite en avant selon les experts” a provoqué un véritable vent de panique chez les clients de cette banque réputée solide il y a seulement deux exercices.

Share Button