Screenshot_2016-03-08-18-23-03-1

L’Agence de notatiom Moody’s investors service vient d’attribuer au Gabon  la note «Ba3» assortie d’une révision à la baisse, contrairement à la perspective stable de la notation de 2014.Pour l’agence, le Gabon doit largement sa note à l’impact de la chute des prix du pétrole sur l’économie du pays.

Cette tendance baissière qui devrait perdurer pendant quelques années amène l’agence à affirmer sa volonté «d’évaluer la stratégie de financement du gouvernement dans les années à venir et l’impact qu’elle a pour le risque de liquidité du pays».

Le Gabon a une économie très  fortement dépendante des hydrocarbures. Pour Moody’s, les exportations de pétrole et de gaz représentent plus de 65% du total des exportations et environ 32% du PIB en 2014 selon la Conférence des Nations-unies sur le commerce et le développement (Cnuced).

L’agence affirme que « le choc structurel sur le marché du pétrole affaiblit le profil de crédit du pays, le solde du compte courant par rapport au PIB étant passé d’un excédent de 10,6% à un déficit de 5% ».

Le gouvernement gabonais s’est engagé à entreprendre une série de plans pour faire face à la détérioration de la situation budgétaire et atténuer l’impact sur sa qualité de crédit, y compris des réductions de dépenses, les réformes fiscales qui élargissent l’assiette fiscale et des mesures visant à diversifier la base économique du pays.

Share Button