Screenshot_2016-03-08-18-23-03-1

L’Agence de notatiom Moody’s investors service vient d’attribuer au Gabon  la note «Ba3» assortie d’une révision à la baisse, contrairement à la perspective stable de la notation de 2014.Pour l’agence, le Gabon doit largement sa note à l’impact de la chute des prix du pétrole sur l’économie du pays.

Cette tendance baissière qui devrait perdurer pendant quelques années amène l’agence à affirmer sa volonté «d’évaluer la stratégie de financement du gouvernement dans les années à venir et l’impact qu’elle a pour le risque de liquidité du pays».

Le Gabon a une économie très  fortement dépendante des hydrocarbures. Pour Moody’s, les exportations de pétrole et de gaz représentent plus de 65% du total des exportations et environ 32% du PIB en 2014 selon la Conférence des Nations-unies sur le commerce et le développement (Cnuced).

L’agence affirme que “le choc structurel sur le marché du pétrole affaiblit le profil de crédit du pays, le solde du compte courant par rapport au PIB étant passé d’un excédent de 10,6% à un déficit de 5%”.

Le gouvernement gabonais s’est engagé à entreprendre une série de plans pour faire face à la détérioration de la situation budgétaire et atténuer l’impact sur sa qualité de crédit, y compris des réductions de dépenses, les réformes fiscales qui élargissent l’assiette fiscale et des mesures visant à diversifier la base économique du pays.

Ce contenu pourrait également vous intéresser