2015-12-16-17-08-54--977340653

Les filiales ivoiriennes d’Orange et de MTN ont procédé hier mardi 15 décembre, à la primature, au versement d’un premier acompte pour le renouvellement de leurs licences d’exploitation de téléphonie mobile. 

Les deux leaders du marché ivoirien ont respectivement déboursé 50 et 75 milliards FCFA, soit un total de 125 milliards FCFA, gageant ainsi de leur volonté à poursuivre leurs opérations dans le pays. « Cela vient sceller la confiance entre les opérateurs de téléphonie mobile et les l’Etat », a commenté Koné Bruno, le ministre ivoirien en charge des TIC.

Il s’agit des premiers actes de renouvellement depuis l’annonce, en novembre dernier, des nouvelles conditions d’octroi de licence dans le secteur. Fixé à 20 milliards FCFA à l’arrivée deux premières compagnies en 1996 (Ivoiris et Telecel, reprises tour-à-tour par Orange et MTN), pour une durée de 20 ans, le coût de la licence est passé à 100 milliards pour une autorisation d’activité portant sur 15 ans.

Le gouvernement ivoirien a justifié cette nouvelle donne, résultat d’études techniques, notamment par les investissements nécessaires pour créer un environnement favorable aux activités du secteur. L’on pourra citer notamment l’appel d’offres lancé afin de regrouper les « petits » opérateurs (GreenN, Comium, Café Mobile, et Warid Telecom) dans le but de limiter le marché à 4 opérateurs et, surtout, l’arrivée de la 4G au premier trimestre 2016.

L’autre acteur, Moov, entré sur le marché ivoirien en 2006, il dispose encore d’une dizaine d’année avant de procéder à un renouvellement.

Le secteur de la téléphonie mobile est particulièrement dynamique en Côte d’Ivoire. Avec un chiffre d’affaires de plus de 1 000 milliards FCFA par an, il représente 8% du PIB et contribue à hauteur de 300 milliards au budget de l’Etat. Et d’ici 2020, il devrait atteindre « 15% du PIB », prévoit le Premier ministre ivoirien, Kablan Duncan.

Orange et MTN se sont engagés à solder le reliquat à partir d’avril 2016.

 

Share Button