Amadou Seck, envoyé spécial à Marrakech    
Le Fonds Spécial ClimDeve-Afrique, doté initialement de 33 millions d’euros, a été officiellement lancé en marge de la quatrième Conférence Africaine sur le Changement Climatique (CCDA-IV), axée sur le développement de l’agriculture, qui tient ses assises à Marrakech (Sud du Maroc) du 08 au 10 octobre.

Ce projet est une initiative de la Banque Africaine de Développement (BAD), au niveau de laquelle seront logées les ressources, dont la part la plus importante, 20 millions d’euros, est une contribution de l’Union Européenne (UE).
Ainsi, les institutions publiques et privées opérant dans le cadre  des activités orientées vers la lutte contre le changement climatique peuvent soumettre leurs requêtes de  financement de projets à la structure  ClimDev-Afrique.
Ce fonds est destiné à soutenir des actions « visant à créer des sources fiables et régulières  d’informations climatiques » au niveau national, sous régional et régional et s’inscrit dans une perspective de nécessité d’anticipation.
En dépit de sa modestie relative,  au regard de l’ambition affichée, sa mise en place ouvre de nouvelles perspectives dans le domaine de la lutte contre le changement climatique en Afrique.
Ainsi, pour le coordinateur des Initiatives Spéciales à la BAD, Ken John,  «même si le fonds s’avère insuffisant, sa mise en place illustre la bonne volonté du continent dans une perspective d’échanges d’expériences » et laisse la porte ouverte  à de nouvelles contributions reste ouverte.