Le président Muhammadu Buhari a appelé mardi les dirigeants des institutions bancaires d’Afrique de l’Ouest à forger une collaboration plus étroite pour relever les défis économiques auxquels la sous-région est confrontée.

Recevant une délégation de l’Association des Banques de l’Afrique de l’Ouest (ABAO), conduite par son président, Thierno Seydou Nourou Sy, le président a noté que la sous-région doit trouver un terrain d’entente pour s’attaquer au faible accès aux services financiers et à la reprise après la pandémie du COVID-19.

Le Président Buhari a déclaré à l’association, fondée en 1981, et qui regroupe plus de 250 banques commerciales et 15 institutions de toute l’Afrique de l’Ouest, que ,pendant de nombreux siècles, les pays africains ont commercé les uns avec les autres sans système formalisé et structuré.

Il a toutefois noté qu’au fil du temps, le commerce mondial est devenu plus complexe et mieux organisé.

Le dirigeant nigérian s’est dit convaincu que le déploiement de la zone de libre-échange continentale africaine marquerait un tournant dans la manière dont les pays africains commercent entre eux.

« Plus important encore, nous tournerons la page en veillant à approfondir et à développer nos capacités industrielles en nous assurant que nous exportons moins de ce dont nous avons été dotés sous forme primaire ou brute, et que nous convertissons une plus grande partie de ces ressources en matériaux finis.

« Cela nous permettra de bénéficier des revenus tirés de la valeur ajoutée de l’exportation d’un produit fini », a-t-il déclaré.

S’exprimant plus avant, le dirigeant nigérian a déclaré : « Notre capacité à surmonter la phase actuelle de notre développement réside dans notre détermination à travailler conjointement par le biais de nos organisations régionales et sous-régionales où nous pouvons tous parvenir à une compréhension commune pour lutter contre un ennemi commun.

« C’est l’une des raisons pour lesquelles je me réjouis des progrès réalisés par la CEDEAO en matière d’unanimité et de création d’alliances dans le but de résoudre les problèmes auxquels la sous-région est confrontée.

« Je crois que c’est également l’approche suivie par l’Association des banques de l’Afrique de l’Ouest et l’Union monétaire ouest-africaine. »

Commentant les efforts en cours pour synchroniser les politiques monétaires et fiscales par le biais de l’ABAO, le président a mis au défi l’association de travailler à la recherche d’un terrain d’entente, malgré les défis macroéconomiques uniques auxquels chaque État membre est confronté.

Il a promis que le Nigeria serait toujours prêt à soutenir les efforts visant à améliorer la vie de tous ses citoyens « tant qu’ils ne nous désavantagent pas ».

Le président de l’ABAO a salué le rôle de premier plan que joue le Nigeria dans l’économie africaine, ajoutant que le leadership du président Buhari était également bien apprécié.

« C’est pourquoi nous sommes ici pour conseiller et guider le secteur financier en Afrique de l’Ouest », a-t-il déclaré.

Il a exhorté le président Buhari à plaider pour une plus grande inclusion de l’ABAO dans la structure de la CEDEAO, tout en notant également que l’un des défis du système bancaire est le renforcement des capacités, et en exhortant le Nigeria à mettre en place une académie de formation pour le secteur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here