Niger : regard croisé des deux candidats au second tour de la présidentielle

0
Mohammed Bazoum et Mahamane Ousmane

De notre envoyé spécial à Niamey, Issouf Kamagaté

Qualifiés pour le second tour des élections présidentielles au Niger, le candidat du Pnds Tarayya, Mohamed Bazoum, dauphin du président sortant Mahamadou Issoufou, et Mahamane Ousmane, candidat du parti de l’opposition Rdr Tchandji, affûtent leurs armes pour le dernier virage vers le scrutin du 21 février prochain.

Dans leurs différents QG de campagne, les militants déroulent les programmes qui vont faire la différence. Parce qu’au-delà de cette élection et des jeux d’alliance qui s’étendent maintenant jusque dans le Fouta Djalon guinéen, les populations choisirons le candidat capable de transformer leur environnement.

Expérience

Pour certains observateurs, le candidat Mohamed Bazoum incarne la stabilité au regard des nouvelles dynamiques et exigences du monde. «Notre pays a besoin d’un homme à jour à même de faire bouger les lignes pour l’émergence du Niger. Avec lui, la politique, c’est la conviction et le sens de l’intérêt général. Il symbolise l’entrée sur la scène politique qui découle d’un don de soi. Son engagement politique a commencé dès son jeune âge. Il est cité parmi les camarades qui ont marqué leur passage à l’Union des Scolaires Nigériens (USN) à l’époque la plus dure de son combat pour l’émancipation de notre peuple du joug de la dictature», soutient Zakaria Abdouraham, président du comité, porte-parole et membre du bureau du Pnds Tarayya.

Selon Mahamane Da Maradi, directeur de la communication du candidat de l’opposition, Mahamane Ousmane est un homme qui connaît le Niger, et qui a géré le pays en tant que président de la République pendant trois ans et occupé, par ailleurs, le poste de président de l’Assemblée nationale pendant 10 ans. «Il cherche toujours à rassembler au lieu de diviser. Son acceptation du soutien de Hama Amadou renforce l’Unité de notre pays d’Ouest en Est et du Nord au Sud, brise les barrières de la division, économisant l’énergie de batailles futiles qui ira plus vers les priorités de la Nation éprouvée par des problèmes connus de tous. Les autres soutiens patriotiques ne feront que conforter cette dynamique ».

Au sein du cap Rdr Tchandji, l’on estime que Mahamane Ousmane est un homme de courage, un leader expérimenté qui a dirigé le Niger dans des moments de crise financière aiguë, sans pétrole ni aucune ressource et avec, en prime, une rébellion armée qui menaçait la Nation. Il a su faire preuve de grand tact pour maintenir le pays débout, précise-t-on.

Valeurs et qualités

Pour Zakaria Abdouraham, le passage de Bazoum à l’Union des Syndicats des Travailleurs du Niger et au Syndicat National des Enseignants du Niger a aussi été glorieux. Il a beaucoup contribué à faire comprendre à ses camarades que le corporatisme pur et dur peut être source d’immobilisme. C’est ainsi qu’avec son courage et sa verve, il a réussi avec certains de ses camarades à basculer la lutte des travailleurs dans un cadre plus élargi et progressiste qui est celui de la démocratisation du Niger.

« Avec certains de mes camarades responsables des structures de l’USN, nos premières rencontres avec Bazoum remontent au tout début des années 90. C’était aux moments les plus difficiles des luttes syndicales qui ont amorcé le processus démocratique dans notre pays. C’est notre devancier dans le syndicalisme et la politique. Ses prises de position étaient progressistes, courageuses et conséquentes. L’aisance avec laquelle il analysait la marche du monde, son évolution dans les similitudes, les contradictions, les inégalités et les disparités entre pays et régions était fascinante », raconte Zakaria Abdouraham.

De Mahamane Ousmane, les habitants de Zinder (localité de naissance) disent qu’il est un homme intègre et respectueux du bien public. Qui n’a jamais rompu une alliance de son propre chef. «Dans sa vie de tous les jours, nos concitoyens ont très tôt découvert un homme de la promotion des valeurs et du combat contre les anti-valeurs. II est très respectueux des obligations, des principes, des règles, des normes et des préceptes religieux, sociaux et culturels. Même ses adversaires les plus farouches lui reconnaissent sa piété, son intégrité, son franc parler, sa rectitude, son honnêteté et son humilité », affirment les disciples de Mahamane Ousmane.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here