USA: un juge traite la plainte de Donald Trump de “monstre de Frankenstein” juridique

0
Donald Trump, mauvais perdant ?

Donald Trump n’en a pas fini avec les recours et les contestations de la victoire de son adversaire, Joe Biden, vainqueur sur le vote populaire et dans le décompte des grands électeurs. C’est dans cette ambiance que le recours introduit par le président sortant pour rejeter les votes par correspondance en Pensylvanie (où Biden est en avance de 80 000 voix) a été rejeté par le juge Matthew Brann  avec un commentaire assuré de passer la postérité: “Cette plainte, comme le monstre de Frankenstein, a été assemblée sans cohérence”, écrit le juge, un républicain nommé par Barack Obama.. Le juge estime que les avocats du président sortant avaient présenté “un argument juridique sans fondement et des accusations spéculatives”.


Le juge, en poste à Williamsport, a ajouté qu’il n’avait “pas le pouvoir de retirer le droit de vote à une seule personne, et encore moins à des millions de citoyens”. La contestation de la victoire de Joe Biden en Pennsylvanie était l’une des dernières lueurs d’espoirs de Donald Trump et de ses avocats. Cet Etat qui compte 20 des 538 grands électeurs du Collège électoral chargé d’élire le président des Etats-Unis, a fait basculer l’issue du scrutin du 3 novembre.

Mais loin de s’avouer vaincu, le camp républicain poursuit sa stratégie. Dans un communiqué, Rudy Giuliani, l’avocat de Trump, a annoncé qu’il ferait appel devant la cour de Philadelphie. “Il s’avère que la décision rendue ce jour nous aide dans notre stratégie d’aller rapidement devant la Cour suprême des Etats-Unis”, ajoute l’ancien maire de New York qui sait que la majorité des juges de Philadelphie a été nommée par les républicains.

Sur un autre front, Donald Trump a été désavoué par l’Agence fédérale de cybersécurité et de sécurité des infrastructures (CISA), créée en 2018 par l’administration Trump, et qui a certifié que le scrutin avait été “le plus sûr de l’histoire américaine”. D’où la colère du locataire de la Maison Blanche qui a limogé Chris Krebs, patron de la CISA.

En attendant, le candidat démocrate semble assuré de devenir le 46e président des Etats-Unis avec 306 voix au Collège électoral contre 232 pour son adversaire républicain. Le Collège électoral doit élire le futur occupant de la Maison blanche le 14 décembre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here