Boycott des produits français dans le monde arabe: la position surprise de l’Arabie Saoudite

3
Mohammed ben Salmane, prince héritier et vice-Premier ministre d'Arabie saoudite

Muette depuis le lancement de la campagne de boycott des produits français dans le monde arabe, l’Arabie Saoudite du prince MBS vient enfin de se prononcer. “La liberté d’expression et la culture devraient être les phares du respect, de la tolérance et de la paix, rejetant les pratiques et les actes engendrant de la haine, de la violence et de l’extrémisme qui sont contraire à la coexistence”, annonce un communiqué du Ministère des Affaires Étrangères relayé par les médias officiels.

La Maison des Saouds prend d’emblée le parti de la liberté d’expression tout en condamnant ceux qui assimilent Islam et terrorisme. Le royaume se garde de relayer l’appel lancé par d’autres Etats musulmans demandant des actes contre les représentations du prophète montrées en France. Se démarquant nettement du Koweït et du Qatar, chef de file de la campagne de boycott des produits français, le prince MBS, partisan de l’ouverture et du modernisme, partage un point de vue assez similaire de celui de l’Egypte, ouvertement opposé à l’appel au boycott en raison des intérêts économiques et stratégiques avec la France. A l’inverse, la Turquie qui voit ses velléités d’expansion en Méditerranée orientale contrées par la France trouve une occasion rêvée de se poser en porte étendard de l’islam face à la France.

Au final, une véritable ligne de démarcation est entrain de voir le jour dans le monde arabo-musulman avec d’une part l’axe du boycott allant d’Ankara, à Téhéran en passant par Doha et de l’autre, l’axe de la nuance et, dirions-nous en écho au communiqué saoudien, de la défense de la liberté d’expression, qui comprend Le Caire, Riyad et Abu Dhabi. Au final, l’on y perd son arabe plus vite que son latin.

3 Commentaires

  1. Vous comprenez les déclarations comme vous voulez quoi.
    Je n’ai aucune empathie avec le royaume saoudien mais il faut reconnaître que cette déclaration est quand même plus mature que ce qu’on lit un peu partout. Oui a la liberté d’expression mais non à l’insulte qui provoque des réactions en chaîne vers toutes sortes de dérives.
    La liberté s’arrête là où commence celle des autres.et ceci est valable pour tous

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here