Par Alpha Waly Diallo*


Vous vous souvenez peut-être du terme « Eurasie » des cours de géographie du lycée. Le terme n’est plus beaucoup utilisé dans les discussions politiques dumonde occidental, mais devrait beaucoup l’être. Voilà l’endroit où la  plus dangereuse activité géopolitique mondiale risque de se dérouler, alors que nous entrons plus profondément dans le XXIe siècle.

Les Etats-Unis, ont été si, attentivement, focalisés sur le  «confinement» de la Russie, le soi-disant Etat islamique et la Chine, qu’ils risquent d’etre les grands absents de la situation stratégique d’ensemble eurasien. L’Eurasie est le plus grand continent du monde, et englobe l’Europe et toute l’Asie — quelques-uns des plus anciens et plus grands centres de la civilisation humaine. Alors, qu’est-ce que l’Eurasianisme ?

Cela signifie des choses différentes à différentes périodes. Un siècle auparavant, les théories de style Kissinger sur un affrontement stratégique profond et inéluctable entre les pouvoirs continentaux/terrestres (Allemagne, Russie) et les puissances maritimes (U.K. /U.S.), l’Eurasie » signifiait alors principalement l’Europe et la Russie occidentale.

En effet, quel besoin y avait-il de parler del’Asie même ? La plupart de l’Asie était sous-développée et laïc, sous le contrôle de l’Empire Britannique (Inde, Chine) ou Français (Indochine) et n’avait aucune volonté d’indépendance. Le Japon était la seule véritable « Puissance asiatique » — qui ironiquement avait développé ses propres conceptions impériales, imitant l’Ouest et, ainsi finit par entrer en conflit avec la puissance impériale américaine dans le Pacifique.

A force que Washington essayait de contenir ou de contrôler cet Eurasianisme,comme véritable force montante, plus grande fut la détermination des Etats à faire partie de ce monde eurasien montante.

Aujourd’hui, bien sûr, tout cela est différent. L’Eurasie signifie plus l’« Asia », dans laquelle la partie « Européenne » figure modestement. En outre, la Chine est devenue le centre de l’Eurasie comme la deuxième économie mondiale. Il n’est pas surprenant, que la Chine — comme le monde musulman — projette un penchant résolument « anti-impérial » basé sur ce qu’il considère comme ses siècles d’humiliation entre les mains de l’Ouest (et du Japon) au cours de ses 200 ans éclipse — lors d’une de ses plus bas cycles dynastiques.

 

Mais la Chine est tout à fait de retour maintenant, en mode «high level » classique de pouvoir et d’influence et, est déterminé à projeter son poids et son influence. L’Inde, aussi, est maintenant devenue une puissance émergente régionale et se développe rapidement. Le Japon, malgré sa quasi torpeur, représente toujours une redoutable puissance économique, peut-être à être renforcée par une plus grande portée militaire régionale.

La signification de l’expression « Eurasie » a beaucoup changé, mais elle indique toujours une rivalité stratégique. À un moment où les Etats-Unis déclarent officiellement leur intention de dominer militairement le monde (« le spectre de domination complète » était la doctrine officielle du Pentagone en 2000), le concept d’Eurasianisme réagit avec vigueur. Et pas seulement en Chine, mais dans sa signification nouvelle pour les pays comme la Russie, l’Iran et même de Turquie.

Il suggère un sens de l’éclipse de la puissance occidentale dominante face à la nouvelle puissance asiatique. Et cela ne se résume pas seulement au militaire et à l’argent. Il est aussi culturel. La culture russe entretient depuis deux siècles un débat animé sur l’appartenance de la Russie à l’Ouest, ou sur l’incarnation d’une culture nettement Eurasienne (yevraziiskaya) qui est séparée de l’Ouest. Les eurasianistes représentent une force importante dans la pensée stratégique et militaire russe (bien que Poutine, curieusement, n’embrasse pas entièrement cette vision du monde.)

L’idée est vague mais culturellement importante ; Elle s’entremêle avec l’identité russe. Elle parle d’une culture slave, mais avec des racines eurasiennes profondes même dans un vieux passé Turk et Tatar. N’oubliez pas que, historiquement, c’est l’Occident moderne qui a incendié la Russie à deux reprise : en témoigne l’invasion de Napoléon et celle d’Hitler jusqu’aux portes de Moscou. L’OTAN aujourd’hui sonde, de plus en plus profondément, tout autour de la périphérie russe. Les eurasianistes en sont suspicieux, sinon hostiles à l’Occident qui constitue à leurs yeux une menace permanente pour la « Sainte mère Russie. » L’« Eurasianisme » va toujours juste se dissimuler, en profondeur, dans la vision stratégique russe du monde.

La nouvelle Union économique eurasienne de la Russie n’est rien d’autre qu’un objectif, d’au moins économiquement, unir le Belarus, les Etats d’Asie centrale et d’autres dans un grand ensemble économique eurasien. Le Kazakhstan riche en pétrole, en fait l’auteur du concept, s’efforcera de maintenir des liens avec l’Occident, mais regarder sa place sur une carte du monde pour voir où il se situe expliqueront les options réels à long terme du Kazakhstan. La Russie ne peut pas maintenant etre la meilleure voie économique pour lier son avenir, mais il est l’un des nombreux leviers eurasiens dans ces contrées et, ils ne sont pas mutuellement exclusifs. Les options offrent souvent une plus grande sécurité.

La Chine s’incruste, de plus en plus, dans des directions incroyablement ambitieuses avec la création de la nouvelle Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures – BAII – (que 57 États ont signé, notamment la plupart des Etats européens, le Canada et l’Australie — mais visiblement sans le Japon et les États-Unis). Cette initiative crée un nouvel instrument de la Banque centrale axée sur l’Eurasie avec une forte influence chinoise.

 

La Chine projette aussi massivement de nouveaux réseaux de transport (la ceinture économique de la route de la soie et la route de la soie Maritime — « Une ceinture, une route ») de l’Eurasie à la Chine, en reliant la Chine à l’Europe, au Moyen-Orient, àl’Asie centrale et du Sud et, l’Extrême-Orient par rail, route et mer. La « Stratégie eurasienne » de la Chine est déjà une réalité en plein essor. Certes, des soupçons et des rivalités existent entre la Russie, la Chine, l’Inde et le Japon ; Mais la forte Poussée économique et développementale de ces propositions diffère nettement de l’organisation américaine plus orientée « sécurité » avec ses implications militaires inquiétantes.

 

La Chine s’incruste, de plus en plus, dans des directions incroyablement ambitieuses avec la création de la nouvelles Banque asiatique d’investissement des infrastructures – BAII –  

Non seulement Washington a combattu ces initiatives chinoises et eurasiennes en vain, mais c’est la politique américaine en particulier — qui identifient la Russie et la Chine comme les ennemis présumésce qui a contribué à rapprocher la Russie et la Chine sur de nombreux sujets, liés qu’elles sontaujourd’hui par une méfiance partagée eu égard aux ambitions militaires mondiales des États-Unis.

Le Japon, malheureusement, avant la seconde guerre mondiale, avait sa propre doctrine de l’« Eurasianisme » — afin d’identifier et attiser les peuples d’Asie et les territoires contre la domination coloniale occidentale. Cette stratégie aurait pu être très efficace si elle n’avait pas été accompagnée par les invasions militaires brutales Japonaises contre des pays d’Asie orientale, ce qui a détruitla crédibilité des japonais d’« Une plus grande sphère de coprospérité de l’Asie. » Aujourd’hui le Japon n’a pas bougé de son emplacement ; il devra encore faire face à la réalité de la puissance de la Chine à l’est. Le Premier ministre japonais devrait-il poursuivre une politique, à long terme, d’hostilité vis-à-vis de la Chine avec l’appui d’une stratégie américaine du Pacifique,fondamentalement conçue, pour ravaler la Chine ? Surtout quand la Chine et le Japon sont de grands partenaires mutuels de commerce et d’investissement.

L’Iran s’intéresse vivement à cet équilibre contre les pressions géopolitiques des Etats-Unis et cherche une appartenance à ces institutions de développement économique russe et chinois. L’Iran est une puissance naturelle « Eurasienne » et de la « Route de la soie ».

La Turquie est entrée, encore une fois, dans le jeu Eurasien. Depuis les premiers jours de la politique étrangère du Président Recep Tayyip Erdoğan du parti Justice et développement— dans la vision du ministre des affaires étrangères d’alors Davutoğlu — la Turquie n’était plus limitée à être une puissance occidentale, mais également à proclamer la géopolitique de ses intérêts (près de cent ans après la chute de l’Empire Ottoman) dans le Moyen-Orient et en effet, l’Eurasie (après tout, les Turcs, initialement, proviennent de l’Eurasie, ayant migré à l’ouest du lac Baïkal, il y a un millier d’années.). Cela signifie des liens sérieux avec la Russie, combiné avec les liens ethniques, culturels et historiques profonds avec l’Asie centrale et avec la Chine. La Turquie (comme l’Iran et le Pakistan) cherche à faire partie de ces réseaux russe et chinois. Et, chez certains hommes politiques nationalistes turcs et des officiers militaires (y compris chez de nombreux kémalistes laïques), il y a un fort penchant « Eurasianiste » pour élargir les options géopolitiques de la Turquie à explorer les liens stratégiques et culturels avec l’Eurasie. Elle reflète également une expression de méfiance à l’égard des occidentaux et des efforts américains pour dominer la région. Pour la Turquie ce n’est pas un ou l’autre / ou une question. Elle peut chercher à faire partie de l’Europe — y compris l’OTAN, mais n’abandonnera jamais les largesoptions alternatives géostratégiques à l’est, avec son poids économique toujours plus grand et les routes et les rails pour la lier.

En bref, la nouvelle Eurasianisme ne se dessine pas sur l’impact de la terre et la puissance de la mer du 19ème siècle ; C’est plutôt une reconnaissance que l’ère de domination globale de l’Occident —- et en particulier des États-Unis —est terminée. Washington peut ne plus commander seul— ou s’offrir, une soumission à plus long terme pour dominer l’Eurasie. Sur le plan économique, aucun État dans la région, y compris la Turquie, ne serait assez fou pour tourner le dos à ce potentiel « Eurasien » montante qui offre également l’équilibre stratégique et des options économiques.

La nouvelle Eurasianisme n’est plus sur le 19ème siècle terre et la puissance de la mer. C’est une reconnaissance que l’ère de l’Ouest — et surtout Etats-Unis — domination globale est terminée.

Il y a, bien sûr, les lignes de fracture énorme, ethniques, économiques, stratégiques et un certain degré de rivalité en Eurasie. Mais aussi longtemps que Washington cherchera à contenir ou contrôler cet Eurasianisme, comme une véritable force montante, plus grande sera la détermination des États à devenir membre de ce monde eurasien en croissance, tout en ne rejetant pas l’Occident. Tous les pays aiment avoir des solutions de rechange. Ils n’aiment pas se sentir tributaires d’une seule puissance mondiale qui essaie de tirer les ficelles. La prépondérance seule de l’Amérique sur l’ordre mondial n’est plus acceptée dans le monde. En outre, il n’est plus réaliste. Cela ressemblerait à une myopie pour Washington que de continuer à se concentrer sur l’expansion des alliances militaires, tandis que le reste du monde est à la recherche d’une plus grande prospérité et d’influence régionale croissante (les dépenses militaires de la China représente  environ le quart des dépenses américaines.


Alpha Waly Diallo est Consultant/Chercheur, expert en Management des Relations Internationales

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here