La Guinée, château d’eau de l’Afrique de l’Ouest, fait sa promotion à Bruxelles

0
"La Guinée entend incarner cette Afrique ambitieuse et prospère", a déclaré le premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana.

La Guinée était au grand rendez-vous de Bruxelles le 22 juin 2018 pour un forum économique orienté vers les investisseurs.  Classé parmi les pays les plus réformateurs, dans le classement du Doing Business en 2014 et celle de pays performant selon les critères de la compétitivité de la Banque Mondiale en 2017, la Guinée est parvenue en outre à des conclusions satisfaisantes avec le FMI. 

Des  performances  “inhabituelles dans l’histoire de nos relations avec les institutions de Bretton Woods”, déclarera le premier ministre guinéen, Ibrahima Kassory Fofana, nommé il y a quelques semaines dans ce qui fut considéré par la presse spécialisée comme une volonté présidentielle d’accélérer les grands projets.

Dans son intervention face à Stephano Manservisi,  Directeur Général de la Coopération et du Développement International de l’Union Européenne,  aux experts de l’Union européenne, des bailleurs et des investisseurs, le premier ministre guinéen est revenu en détail sur le  Plan National de Développement Economique et Social (PNDES).

La Guinée entend incarner cette Afrique ambitieuse et prospère, déterminée à créer les conditions d’une croissance rapide et d’un développement basés sur son immense potentiel en ressources naturelles et son dividende démographique.”

Elogieux envers la gouvernance  du président Condé,dont la performance a été sanctionnée sur le plan économique par  par une forte progression de l’investissement et de la croissance, le premier ministre s’est attardé sur des “indicateurs de croissance”,  largement supérieur à la moyenne des pays d’Afrique Subsaharienne. “Nos performances économiques sont confirmées ainsi par les tendances à la hausse des investissements directs étrangers, qui observent une forte progression entre 2015 et 2017, passant de 3% à 13% du PIB”.

Les prévisions du FMI confirment ce regain pour 2018 avec des flux d’IDE nets qui devraient s’élever à 13,5% du PIB, un niveau bien supérieur à la moyenne observée dans les pays de la région.La croissance réelle du PIB s’est établie à 8,2% en 2017, portée par une expansion minière sans précédent et un décollage du secteur agricole.

La production de bauxite, par exemple, a enregistré une hausse substantielle, passant de moins de 20 millions de tonnes en 2015 à plus de 40 millions de tonnes en 2017, avec une projection de près de 80 millions de tonnes à l’horizon 2020.La Guinée est aujourd’hui le 3ème producteur mondial de bauxite et le premier exportateur sur la Chine, estime M. Fofana.

 

La Guinée a renoué avec la planification stratégique en se dotant d’une vision économique à long terme sur l’horizon 2040 et d’un ambitieux Programme National de Développement Economique et Social (PNDES) à moyen terme couvrant la période 2016-2020

Le  forum économique Guinée-Europe est le fruit  d’une collaboration entre les Ambassades de Guinée auprès des pays du Benelux, de la France, de l’Italie, de la Grande Bretagne, de la Turquie, l’Espagne, la Suisse, l’Agence de Promotion des Investissements privés (APIP-GUINEE), la Chambre de Commerce Belgo-Luxembourgeoise, la coopération Belge ENABEL, le PNUD, l’OIM et l’association Africa Plus ASBL.


Balla Moussa Keita, Bruxelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here