Affaire Mahmoud Thiam : plusieurs anciens ministres guinéens épinglés

1
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Mahmoud Thiam, la pointe de l’iceberg guinéen?

Dans le rapport d’enquête du FBI et l’acte d’accusation de l’ancien ministre guinéen des mines et de l’énergie Mahmoud Thiam, à l’époque du CNND(1), accusé  par la justice américaine de   « blanchiment d’argent »,  le nom de plusieurs hauts cadres guinéens, dont des ministres à l’époque des faits, reviennent avec insistance.

A commencer par Mohamed lamine Fofana qui a remplacé Mahmoud Thiam au ministère des mines et de la géologie. C’est lui qui a signé les permis pour GDC, une holding détenue par le conglomérat China international fund qui a obtenu notamment, un permis d’exploitation pour Forécariah Guinea Mining,  une société d’exploitation minière.

A l’instar de Mahmoud Thiam qui, curieusement, présidait le conseil administration de la majeure partie des filiales de GDC,  Boubacar Barry, ancien ministre d’État sous la junte,  a signé l’acte de création de l’ African développement corporation, la principale société holding des chinois. Il a  également présidé le conseil administration de GDC infrastructure, GDC transport et GDC commerce and logistic.

Mamadou Sandé, ministre de l’économie et des finances d’alors et Siba Lohalamou, Ministre de la justice, tous membres de la junte, ont  été les signataires, selon le rapport d’enquête, du pacte d’actionnaires avec le conglomérat chinois, China international Fund.

Dans  l’acte d’accusation, le FBI relève des incohérences sur la déclaration initiale du revenu mensuel de M. Thiam qui, en ouvrant son compte en septembre 2009 avait déclaré un revenu mensuel de 200 000 dollars américain, alors que les services américains ont trouvé cela incorrecte. Il avait également menti sur sa fonction, dans son dossier d’ouverture de son compte à Hong Kong le 24 septembre 2009, en déclarant être  un français et consultant de profession, alors qu’il n’était ni plus ni moins que le ministre des mines, de l’hydraulique et de l’énergie de 2009 à 2010.

En attendant que la justice américaine n’étende son enquête sur toutes les autres personnalités impliquées dans ce vaste scandale de corruption, l’accusé qui est citoyen américain devra comparaître devant un tribunal américain. Il risque jusqu’à 20 ans de prison.

Mamadou Aliou Diallo, Conakry

 


Notes

(1): Le Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD) est la junte militaire au pouvoir en Guinée du 23 décembre 2008 jusqu’à la mise en place d’un gouvernement civil en 2010.

 

1 COMMENTAIRE

  1. Nous savons que dans cette affaire certains guinéens ont été exproprié de leur mines. Ils sont bien connu.
    Est ces les autorités Guinéennes ont essayé de toucher ces victimes?

    Normalement toutes personnes expropriées doivent être indemniser.
    Solutions: Les restituer leurs mines, et favoriser un accord avec les occupants actuels.Ce geste serait magnifique.

    Merci

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here