Les banques nigérianes impactées par le coronavirus (Moody’s)

0
Godwin Emefiele, gouverneur de la banque centrale du Nigeria.

Le 16 mars 2020, la Banque centrale du Nigéria (CBN) a annoncé des mesures politiques pour atténuer l’effet de la pandémie du coronavirus sur l’économie du pays (B2 négatif), indique un rapport Moody’s publié le 19 mars 2020. Les mesures prisent incluent la restructuration des conditions des prêts et des conditions pour les entreprises et les ménages les plus touchés par la pandémie, en particulier les emprunteurs des secteurs du pétrole et du gaz, de l’agriculture et des manufacturiers.

« Bien que les mesures prises soutiennent l’économie, elles sont négatives pour les banques car elles masqueront le véritable effet de la détérioration de la qualité des actifs dans l’épidémie du coronavirus en minorant la part des créances en souffrance « , remarque Moody’s. « Les mesures réduiront également la transparence de la qualité des actifs des banques s’ils restent en place pendant une période prolongée », poursuit l’agence de notation.

Moody’s s’attent à ce que la plupart des indicateurs de crédit des entreprises s’affaiblissent en raison de la pandémie de coronavirus et la baisse actuelle du prix du pétrole. Et parce que les entreprises comptent pour environ 90% des expositions des banques, la qualité des actifs des banques se détériorera. Au 30 septembre En 2019, 48% du total des prêts étaient accordés aux secteurs du pétrole et du gaz et de la manufacture.

Si elles sont maintenues sur une période prolongée, les mesures supprimeront les dispositions que les banques devraient mettre de côté pour les prêts non performants, exagérant leurs bénéfices.

Les prêts des banques nigérianes au secteur manufacturier ont augmenté de 19,3% pour atteindre 2,6 milliards de Nairas en septembre 2019 par rapport à septembre 2018. Pour la même période, les prêts au secteur agricole ont augmenté de 14% pour 673 milliards de NGN, soit 4% du total des prêts. Les prêts improductifs dans le secteur manufacturier ont diminué de 30% d’une année sur l’autre pour atteindre 101 milliards de NGN en septembre 2019, et le ratio de prêts non performants est tombé à 3,9% de 6,7% sur la même période. Les prêts improductifs dans le secteur agricole ont augmenté de 3,4%, bien que le ratio ait légèrement baissé à 7,4% en septembre 2019, contre 8,2% en septembre 2018.

La forte croissance récente des prêts aux secteurs de l’agriculture et de la fabrication générer des risques non assaisonnés pour les banques qui seront testés par la pandémie de coronavirus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here