Elles se sont livrées à une « pratique collusoire » en participant à des réunions irrégulières avec des responsables gouvernementaux entre le 4 février et le 4 mai 2015, lors d’un appel d’offres pour le contrat de concession de 28 ans pour l’exploitation des aéroports de Madagascar. C’est ce qu’indique un rapport publié début janvier par la Banque mondiale au terme d’une enquête menée par The Integrity Vice Presidency, son unité indépendante qui enquête et applique des sanctions liées aux projets financés par l’institution internationale. Il s’agit d’ADP International, filiale de l’exploitant aéroportuaire français Groupe ADP, de Colas Madagascar SA et de Bouygues Bâtiments


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.
 

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis