Assis de gauche à droite: Corneille Karekezi (CEO, Africa Re); Hassan Boubrik (PCA, Africa Re); Oliver Bäte (CEO, Allianz SE); Niran Peiris (Membre du directoire d’Allianz SE, Global Insurance Lines & Anglo Markets, Reinsurance, Middle East, Africa). Debout, de gauche à droite: Hicham Raissi (directeur de la division Afrique, Allianz); Coenraad Vrolijk (CEO, Allianz Africa); Delphine Traore Maidou (COO, Allianz Africa); Mady Kaba (Corporate Secretary, Africa Re); Lars Pilz (Group M&A, Allianz); Nandini Wilcke (Head of Legal, Allianz Africa).

Créée en 1976 pour améliorer le taux de rétention de la réassurance, Africa Ré vient, en date du 30 mai 2018, de  céder 8% de son capital à Allianz. Montant de la transaction, quelque  69 millions de dollars portant la part des investisseurs non africains au delà de 31%. 

Cette intrusion du géant allemand dans la structure panafricaine de réassurance (Tout comme la BAD, Africa Ré est une émanation de l’OUA, ancêtre de l’Union Africaine) marque à notre sens un tournant. 

L’ambition légitime de «capter» une grande part de la rétrocession sur le continent  serait-elle donc  trop coûteuse en capitaux?


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.


Membre Premium

treize − 13 =

   
Enregistrement d'un nouveau membre
*Champ requis