Le Programme Alimentaire Mondial(PAM) a tenu une conférence de presse, mercredi 4 octobre, dans le cadre du déplacement en Mauritanie, de Abdou DIENG, Directeur Régional du PAM pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique Centrale.

Durant la conférence, Jean Noel GENTILLE, Responsable et Directeur PAM en Mauritanie, a indiqué que le PAM prévoit de consacrer 38 millions de dollars pour les besoins de la population locale et des réfugiés maliens en 2018.

Les échanges se sont également portés sur la situation actuelle du pays en matière de sécurité alimentaire et de nutrition, sur les efforts du PAM en faveur des populations mauritaniennes vulnérables et des réfugiés maliens, ainsi que sur l’avancée du processus national de revue ‘Faim Zéro’ actuellement en cours.

En 2016, le PAM a assisté environ 283.300 personnes vulnérables avec des distributions générales en vivres y compris produits nutritionnels, et en espèces, et des assistances conditionnelles pour le renforcement de la résilience à travers la création des actifs productifs. Ces activités ont été menées dans les six régions (wilayas) ciblées par le PAM : Assaba, Gorgol, Guidimakha, Tagant, Hodh Ech-Chargi et Hodh ech-Gharbi.

Concernant les réfugiés maliens en Mauritanie, le PAM collabore avec le gouvernement, le HCR, les partenaires nationaux et internationaux, pour fournir une assistance alimentaire et humanitaire aux populations qui ont fui le conflit dans le nord du Mali depuis 2012 et ont trouvé refuge dans le camp de Mbera en Mauritanie.

Quelque 50 000 réfugiés maliens ont bénéficié de l’assistance du PAM en 2016. Le PAM a fourni des distributions générales de vivres et des transferts monétaires, des aliments nutritifs et des repas scolaires pour les femmes, les hommes et les enfants.

En ce qui concerne l’insécurité alimentaire, selon les résultats de l’Enquête de Suivi de la Sécurité Alimentaire(FSMS) conduite en janvier 2017, 745.000 personnes en Mauritanie sont affectés dont 130.000 souffrant d’insécurité alimentaire sévère et 615.000 d’insécurité alimentaire modérée. Les willayas du Sud pays sont les plus touchées par l’insécurité alimentaire, particulièrement celles à vocation majoritairement agropastorale, notamment le Hodh Ech-Charghi (26.8%), le Tagent (25%), l’Assaba (22.1%) et le Guidimakha (22%).

Par rapport à la situation nutritionnelle, le Gorgol, Brakna et Guidimakha sont en situation d’alerte, avec une prévalence de la malnutrition aigüe globale (MAG) comprise entre 10 et 15%, tandis que le Hodh Ech-Charghi, Hodh el Gharbi Assaba, Trarza, Nord, Tagent et Nouakchott sont en situation nutritionnelle précaire (prévalence de la MAG comprise entre 5 et 10%).