Notes de lecture du livre: « Innovation Africa: Emerging Hubs of Excellence »

0

par Carlos Lopes


Livre innovationAu moment où l’Afrique ambitionne, dans le cadre de l’Agenda 2063, de s’attaquer à des défis de grande envergure (courbe démographique ascendante, industrialisation verte et mobilisation des ressources), l’innovation devrait être impérativement inclusive pour faciliter la création d’emplois décents, générer des investissements et contribuer à la transformation structurelle du continent. Arrivant sur le tard, l’Afrique a l’avantage de pouvoir brûler les étapes des préférences technologiques, tirer les enseignements des erreurs commises par les autres et modifier les pratiques d’une manière favorable à la durabilité et à l’inclusion. Mais la réussite à cet égard passe nécessairement par des politiques hardies.

Dans ce contexte, l’ouvrage « Innovation Africa: Emerging Hubs of Excellence » est une lecture incontournable. Les auteurs, Olugbenga Adesida, Geci Karuri-Sebina et João Resende-Santos, non seulement y mettent en évidence l’expérience africaine de l’innovation à ce jour, mais soulignent aussi le pouvoir de transformation du continent. Dès l’entame, ils rappellent au lecteur que l’Afrique n’est plus ce qu’elle était dans le passé… Les innovations technologiques qui s’y dessinent aujourd’hui promettent de transformer les pays africains de pays qui échangent principalement des produits de base en pays qui échangent des produits à forte intensité de savoir.

Les auteurs partent du principe que le discours populaire sur «l’éveil de l’Afrique» repose sur une vision extérieure (non africaine) de ce que le développement économique et les systèmes d’innovation signifient pour le continent. Cette vision pêche par sa méconnaissance de nombre des réalités, mais aussi des possibilités existant actuellement sur le continent. Le livre offre à la place une perspective rafraîchissante; un discours panafricain et un cadre prospectif pour relever les défis aussi bien du développement que du sous-développement, en tenant compte du contexte africain. Par exemple, les auteurs préconisent de mettre au point des systèmes d’innovation inclusive; de prendre le parti de l’autonomie contre celui de la dépendance et de renforcer les capacités humaines et institutionnelles, notamment les richesses de la culture africaine et son potentiel intérieur.

D’importantes innovations provenant de centres d’excellence disséminés sur le continent sont décrites dans l’ouvrage, à partir d’un assortiment de neuf études de cas portant sur des sujets aussi variés que l’essor de Nollywood et la sidérurgie algérienne. Les facteurs de succès ainsi que les leçons apprises sont analysés et des recommandations concrètes formulées sur ce qui doit être fait différemment à l’avenir. Il apparaît clairement pour le lecteur que l’Afrique a la capacité et le potentiel d’innover et qu’il existe une multiplicité d’acteurs qui constituent le moteur de l’innovation. Ainsi, l’étude sur l’administration électronique appliquée avec succès par le secteur public de Cabo Verde montre comment une innovation concrète a réduit les coûts et la durée des procédures commerciales et a bien fonctionné dans un petit pays insulaire en développement. L’analyse de l’écosystème de l’innovation en matière de technologie mobile au Kenya montre comment une combinaison de politiques délibérées, de développement des infrastructures et de direction gouvernementale, a permis de créer l’environnement institutionnel et macroéconomique nécessaire à l’essor de l’innovation. L’histoire de Suame Magazine du Ghana illustre la façon dont le secteur informel et ses artisans ont joué un rôle clef dans l’émergence d’une zone industrielle spécialisée dans l’ingénierie et la fabrication, parmi les plus importantes du pays ; tandis qu’une étude sur l’industrie de résidus de palmier en Égypte met en évidence la façon dont l’innovation a transformé des sous-produits agricoles en un trésor local riche en avantages sociaux et économiques, fruit d’une initiative dirigée par le secteur universitaire en coopération avec le secteur privé et les collectivités locales.

La conclusion qui se dégage de ces analyses est évidente: pour mûrir, se développer et se valoriser, l’innovation doit être soutenue par un écosystème favorable. Beaucoup reste à faire pour que l’Afrique puisse tirer pleinement parti des systèmes d’innovation et rivaliser avec les autres régions dans la nouvelle économie mondiale. L’ouvrage en revanche propose un menu de politiques volontaristes propres à accélérer le rythme de l’innovation sur le continent, ce qui en fait un trésor unique pour les responsables politiques, les universitaires, les chefs d’entreprises et le grand public.

Nous avons à portée de main d’intéressantes possibilités de faire de l’Afrique le continent de l’avenir. Il suffit d’être attentif aux messages que délivre cet ouvrage.

…..


http://www.uneca.org/fr/es-blog/compte-rendu-du-livre-%C2%AB-innovation-africa-emerging-hubs-excellence-%C2%BB

M. Carlos Lopes est le  secrétaire exécutif de la Commission economique pour l’Afrique (CEA), basée à Addis-Abeba, Ethiopie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here