Détails de l'événement

  • Date:

DU 11 MARS AU 19 MARS 2017

«  Les Afriques en construction »


« Le Blanc à l’école du Nègre » écrivait le poète de la Négritude Léon Gontran Damas ; et tant pis s’ils jouent faux, – le temps d’une saison, – les rythmes , ô combien savants des Afriques : de Madagascar à la Guyane en passant par saut de cabri, par la forte Algérie, la belle Tunisie, la savante Sénégal et l’impénétrable Congo. Houra ! Houra au fokonolona  des Poètes des Afriques et d’Ailleurs !

Et j’entends Césaire (l’inventeur du mot « Négritude »), et j’entends Senghor (le théoricien du mouvement de la Négritude), et j’entends Damas (illustrateur et propagateur de la Négritude), et j’entends Rabémananjara (le premier parrain négritudien  de notre festival) et j’entends la horde des autres négritudiens disparus, lesquels dansent de manière rythmée dans un  ciel gris-jaune, et nous envoient des doux nuages mâtinés de petites rougeurs bourgeonnantes. « Qui ne danse pas ne sait pas ce qui se passe » disait le négrutidien Paulin Joachim. Et j’aperçois… notre Ambassadrice : Madame de l’ Anthologie des poèmes d’amour des Afriques et d’Ailleurs, elle  nous offre sous ses habits d’apparats son sourire le plus radieux. Houra ! Houra aux poètes des Afriques et d’ Ailleurs !


Le 14e Printemps des Poètes des Afriques et d’Ailleurs aura pour thème : «  Les Afriques en construction » ; car, et cela est fort regrettable, les Afriques se retrouvent plus dans les grandes villes européennes que sur le continent africain ou dans les régions où elles renaissent en  spécificités culturelles . Cela  amène les savants d’ aujourd’hui à forger la notion nouvelle « d’ Afrique globale » et nous rajouterons en construction. Houra ! Houra !! La néo-négritude est debout, partout, partout, le temps d’une saison ; et tel le Monsieur Jourdain de Molière vous ferez tous et toutes de la néo-négritude sans le voir !!! Houra ! Houra à tous !

 

Le parrain de la 14e édition est Martial Sinda, professeur honoraire à la Sorbonne et premier poète de l’Afrique Équatoriale Française, en 1955, en publiant chez Seghers le recueil Premier chant du départ qui obtint le Grand Prix de l’Afrique Équatoriale Française en 1956 (prix remis pour la premier fois à un auteur Noir).

 

Le poète à l’honneur est Razakandraina Jean Verdi Salomon alias Dox (1913-1978). Dox fait partie du grand mouvement littéraire malgache Mitady ny very, qui à l’époque coloniale, dans les années 1930, en appelait à une Renaissance malgache par un retour aux sources véhiculé par une écriture en langue malgache. Ce grand mouvement où l’on trouvait d’autres ténors, tels que Jean-Joseph Rabearivelo, Ny Avana et Charles Rajoelisolo, s’opposait, du moins en théorie, au mouvement de La revue des jeunes de Madagascar dans laquelle le fondateur, Jacques Rabémananjara, et le rédacteur en chef, Régis Rajemisa Raolison, prônaient dès 1935 une Renaissance malgache en langue française.Dox n’a publié qu’un seul recueil de poèmes en français intituléChants capricorniens. Son ouvrage épuisé depuis vingt-et-un-an vient d’être réédité  à Paris par les éditions Sépia, Grâce au dynamisme de sa petite-fille Hanitr’Ony, laquelle est également auteur de Deux fois une(éditions Sépia) et, depuis peu, présidente de l’UPEM (Union de Poètes et Écrivains Malgaches) section France.Chants capricorniens nous dévoile, un poète-astronome à la recherche de correspondances entre les éléments célestes et terrestres.

 

Nous donnerons aussi voix puissante aux chapitres honorables à nos poètes de la néo-Négritude qui ont commis de nouveaux ouvrages de bonne facture, à savoir Habib Osmani avec l’Abécédaire poétique de l’Algérie colonisée (éditions Marsa, 2017) ; et le Chant du Black Paname signé par  Henri Moucle, lequel sera le première auteur de la collection Poètes des Afriques et d’Ailleurs que je lance aux éditions Delatour France, tel un prologement écrit des paroles néo-nègres et d’Ailleurs qui volent, sifflent et torbillonnent lors de notre festival fraternel et inclusif.

 

Le thème national du Printemps des Poètes fait que en plus des dates parisiennes stricto sensus, nous serons en prestation dans divers lieux, seul ou en brigade des Afriques et d’Ailleurs (maisons de la poésie, écoles et lieux symboliques), et ce jusqu’au mois d’avril, car au pays des Afriques, il est interdit de s’arrêter brutalement de battre le tam-tam.

Et maintenant chantez les Afriques, chantez !

 

Le président  Thierry Sinda


COMITE D’ORGANISATION

Président  : Thierry Sinda

Professeur de lettres, poète, sociétaire de la Société des Poètes français en charge de la Francophonie, critique de cinéma au magazine Amina, Directeur de communication du magazine Francophonie Actualités, conseiller littérature et cinéma du IIIe  FESMAN (Festival Mondial des Arts Nègres – décembre 2009), Président de l’Union pour la Nouvelle France, Secrétaire général de l’association des Amis de René Maran, Directeur général des Palabres Culturelles Internationales(www.palabresculturellesinternationales.com), fondateur de la revue La Feuille (revue panafricaine de cinéma), co-fondateur de La Revue Littéraire du monde noir, et auteur d’une thèse de doctorat sur la négritude. Il a publiéVoyage en Afrique à la recherche de mon moi enivré aux éditions Atlantica-Séguier (www.atlantica.fr) et Anthologie des poèmes d’amour des Afriques et d’Ailleurs aux éditions Orphie (www.orphie.net).

Directeur artistique : Moa Abaïd

Acteur, metteur en scène, arthérapeute et co-fondateur de radio beur et radio Soleil.

Contact : poetesdesafriques@gmail.com   / 06 10 01 95 25


Contact: 06 10 01 95 25

Programme détaillé :  www.neonegritude33.afrikblog.com

Share Button