La France reste un partenaire privilégié du Cameroun. Ici, une entrevue, le 9 avril 2016, entre le président Paul Biya et l’ancien ministre français des Finances, Michel Sapin.

La dette publique du Cameroun a atteint 5 464 milliards de F CFA au 30 juin 2017, soit un ratio dette PIB de 30,6% annoncé par la Caisse autonome d’amortissement (CAA) dans sa note de conjoncture économique publiée mercredi 4 octobre, contre seulement 18,6% un an plus tôt.

Elle se compose principalement d’une dette publique directe estimée à  5 111 milliards de F CFA, soit 93,5% de la dette globale et 28,7% du PIB national. Cette hausse, explique-t-on, fait suite notamment aux nouvelles conventions de financements d’environ 1 000 milliards de F CFA contractés par les autorités qui commentent une dette publique « viable et soutenable » avec un risque modéré de surendettement, principalement au regard du 3e  critère de convergence dans la zone Cemac. Il plafonne l’encours de la dette publique à 70% de la richesse nationale.

Au rang des plus grands créanciers, la Chine, premier investisseur en Afrique entre 2015 et 2016  détient à elle seule jusqu’à 67,7% de la dette bilatérale chiffrée à plus de 2 000 milliards de F CFA. A noter que la dette publique directe du pays est estimée à 4 958,1 milliards de F CFA au premier trimestre 2017, en augmentation de 15,4% en glissement annuel.


Par Nephthali Messanh Ledy

Ce contenu pourrait également vous intéresser