Les autorités angolaises annoncent le démarrage officiel des activités du port de Caio, dans la région de l’enclave de Cabinda, au premier trimestre de 2019. C’est-à-dire un an avant le calendrier initial.

Fruit d’un Partenariat public privé (Ppp), ce port, qui sera la première en eau profonde dans le pays, a été financé à hauteur de 180 millions de dollars par le fonds souverain d’Angola et la Banque d’exportation et d’importation de Chine qui a accordé un prêt de 600 millions de dollars. Les travaux de construction ont été attribués à China Road and Bridge Corporation (CRBD).

Pour Jean-Claude Bastos de Morais, principal actionnaire du port, « les importants besoins en infrastructures en Afrique peuvent être abordés en adoptant le modèle PPP, ce qui contribuera à attirer davantage d’investissements privés dans des secteurs tels que les ports, les routes et les autoroutes».

Une fois entièrement opérationnel, le port stimulera la capacité de manutention des cargaisons, ce qui rendra les exportations beaucoup plus faciles et plus rentables. Le port devrait augmenter le commerce d’au moins 30% et créer environ 1 600 emplois directs pour l’opération.

Pour rappel, le projet portuaire a été lancé en 2007. Après une période d’investissement de cinq ans, la société de gestion Caioporto SA a reçu le feu vert pour procéder à la conception, au financement, à la construction, à l’exploitation et à la maintenance du port.