Vingt-trois entreprises ont été exclues temporairement des marchés publics burkinabè pour manque de discipline. La révélation a été faite dans un rapport de l’Autorité de régulation de la commande publique (ARCOP) 2016 rendus publics le mardi 03 octobre 2017.
Le document indique 785 affaires ont été traitées parmi lesquelles 622 concernent des plaintes de soumissionnaires dont 214 se sont révélées non fondées.
D’après le secrétaire permanent de l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP), Tahirou Sanou « au niveau de la gouvernance les plus hautes autorités tiennent à ce que tous ceux qui ont des comportements qui dévient par rapport à la loi, soient sanctionnés conformément à la loi».
M. Sanou note qu’il y a un grand fossé entre la liste d’exclusion des entreprises des commandes publiques de 2016 et celle de l’année précédente.
En effet, selon M. Sanou, certaines entreprises empruntent des raccourcis, falsifient des documents et tentent parfois même d’influencer les autorités contractantes notamment par des moyens de la corruption, de trafic d’influence pour avoir les marchés.
Dorénavant, a-t-il promis, l’ARPM ne tolérera pas les manquements en matière de normes dans le secteur des marchés publics au Burkina Faso.
Pour rappel, créée par décret le 27 juin 2014, l’ARCOP a pour mission la définition des politiques en matière de marchés publics et de délégation des services publics.
La structure assure aussi la formation et l’information des acteurs de la commande publique, l’audit et l’évaluation du système, ainsi que le règlement non juridictionnel des différends.