Le projet de centrale électrique de Medupi, en Afrique du Sud est désormais conforme aux politiques et procédures de la Banque africaine de développement (BAD). En effet, à travers ses conseils d’administration, l’institution a approuvé, le 6 septembre, les recommandations émises dans le deuxième rapport de suivi établi par son Mécanisme d’inspection indépendant (MII) concernant le plan d’action révisé dudit projet.

Le document en question propose un état des lieux de la mise en œuvre du plan de gestion de l’environnement, le degré de supervision du projet, les progrès enregistrés en matière d’impact régional, et le respect de la politique de gestion intégrée des ressources en eau de la Banque. S’y ajoute les efforts déployés pour améliorer les consultations publiques auprès des communautés et les mesures correctives prises afin de résoudre d’autres points.

Pour rappel, la Bad avait autorisé en 2013 une nouvelle étude sur projet de centrale électrique de Medupi, afin de corriger les manquements qui rendaient la centrale non conforme aux exigences de l’institution.

Un troisième suivi annuel du projet de Medupi est annoncé pour 2018, ainsi qu’une supervision annuelle des progrès enregistrés dans l’exécution du plan d’action révisé.

Le projet Medupi Power consiste en la construction d’une centrale électrique à charbon d’une capacité de 4 764 MW à Lephalalae, dans la province du Limpopo, en Afrique du Sud. En novembre 2009, le Conseil d’administration de la BAD avait approuvé un prêt n’excédant pas 930 millions d’euros, destiné à financer l’achat et l’installation de six chaudières et turbogénératrices.