Une délégation du fonds monétaire international (FMI) est à Brazzaville depuis le 26 septembre afin de trouver une issue au problème de la dette publique du pays. La dette congolaise représenterait plus de 77% du produit intérieur brut.

En effet, c’est sur invitation du président de la république que l’équipe de Christine Lagarde réalise un « audit en profondeur » des comptes publics du Congo.

Les audits mettront en exergue toutes les créances prises à part, les noms des créanciers ainsi que les allocations précises des sommes empruntées auprès de ces derniers (la Chine en tête).

Cependant, la condition inéluctable de l’aide de l’institution de Breton Wood au Congo est la mise en œuvre d’un plan structurel dicté par la feuille de route de reformes issues de l’audit.