Un nouveau président qui devra avant tout se défaire des ombres pesantes de ses prédécesseurs.

L’Afrique du Sud compte demander à l’Angola le remboursement d’une  dette de 66 millions de dollars contractée auprès de la compagnie aérienne nationale.

 

En effet,  la compagnie aérienne sud africaine entend bien poursuivre ses débiteurs. Selon le ministre des Finances, Malusi Gigaba , l’Afrique du sud va commencer par l’Angola pour le recouvrement de ses créances. Au total,  plus de 77 millions de dollars sont dûs à South African Airways par divers pays africains,  l’Angola étant le débiteur le plus important avec une dette de 66 millions de dollars.

Gigaba a déclaré s’attendre à ce que le gouvernement fraîchement élu respecte ses engagements en effectuant le paiement convenu en dépit de la période économique difficile que traverse le pays. Frappé de plein fouet par la chute des cours du brut,  l’Angola deuxième pays exportateur de pétrole d’Afrique,  a épuisé ses réserves de devises en financement des importations et remboursement de sa dette publique.


Un nouveau président et des défis économiques

Elu  avec 64,57 % des voix lors des élections générales du 23 août 2017, le nouveau président angolais, Jao Lourenço, 63 ans, place son mandat sous le signe de l’économie.  Général à la retraite, le successeur du président Eduardo Dos Santos  devrait faire face à des créanciers et amorcer la relance économique par la diversification.  Formé dans l’ex-URSS, le nouvel homme fort de Luanda aura les coudées franches: son parti, le MPLA (le Mouvement populaire pour la libération de l’Angola) , au pouvoir depuis l’indépendance arrachée  au Portugal en 1975, conserve la majorité absolue des 220 sièges du Parlement.

p