Le projet de filets sociaux, initié par le gouvernement ivoirien avec le soutien de la Banque mondiale, qui accorde une allocation financière aux ménages les plus pauvres du pays va être étendu à 35 000 familles.
 
La phase pilote qui concerne déjà 5 000 ménages bénéficiera à 30 000 autres en zone rurale, a annoncé le coordinateur du projet de filet sociaux, Kipéya Koné. Inspiré du modèle brésilien sous l’ex président Lula qui a permis de sortir quelques 40 millions d’individus de la pauvreté entre 2003 et 2011, le programme entend améliorer les conditions de vie des couches les plus vulnérables de la population, grâce notamment à une meilleure alimentation et un meilleur accès à l’éducation et à la santé.
 
Chaque famille, retenue à l’issue d’un processus de sélection dans les régions les plus pauvres du pays, percevra trimestriellement un transfert de 36 000 FCFA, soit environ 55 euros ; cela jusqu’en 2020.
 
Le programme dont l’impact sera régulièrement évalué, va contribuer à donner une dimension plus inclusive à la croissance ivoirienne maintes fois critiquée pour ne pas bénéficier suffisamment à la masse populaire.
 
En 2015, le gouvernement estimait le taux de pauvreté à 46% contre 51% en 2011.