Interrogé par la Radio ONUCI de Côte d’ivoire, le journaliste Adama Wade estime que le procès Kémi Séba traduit l’opposition entre ordre légal et un ordre légitime.

“La seule chose qu’on peut reprocher à nos dirigeants,  dit-il, c’est leur excès de prudence et le mutisme qu’ils observent face à ce débat”. Aux yeux des journalistes, la monnaie Franc CFA ne pourra pas faire l’économie d’une évolution réclamée par la jeunesse et le peuple africains.  Partisan de la vision de l’économie politique comme science des moyens et non science des fins, Adama Wade estime que les experts ont l’occasion historique de questionner les agrégats et notamment, le taux d’émission, qui est de 20% selon la convention mais qui, dans les faits, a dépassé 100% à un certain moment.  Nos experts doivent évaluer et jauger la garantie de la France qui ne s’est pas appliquée en 1994, le seul moment où le taux de converture est descendu en dessous de 20%. In finé, en parlant comme l’actuaire Abdou Cissé, l’assureur n’a pas payé le sinistre en 1994.