La Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) porte plainte contre Kémi Seba pour destruction d’un billet de banque.

Les faits remontent au 19 août quand l’activiste a brûlé une coupure de 5000 FCFA à la place de l’Obélisque à Dakar. Relayée par les réseaux sociaux, l’image a fait le tour du village panafricain, reprise par de nombreux sympathisants. Le geste a recueilli le soutien de beaucoup d’internautes. Mais pas de la BCEAO qui a décidé de porter plainte contre non seulement  l’initiateur de l’ONG Urgence Panafricaniste mais aussi contre le militant qui lui a tendu le briquet pour immoler le billet de banque.

L’enquête a été confiée à la Direction des investigations criminelles (la DIC), sorte de DGSE Sénégalaise chargée de rétablir les faits. L’activiste Kémi Seba risque jusqu’à cinq ans de prison. Ce qui en aucun cas ne règle pas la question du FCFA devenue l’un des débats dominants de l’espace public. Pas sûr que l’option judiciaire  soit la meilleure attitude à adopter de la part de la BCEAO.

L’on se rappelle qu’en 1984, le regretté Serge Gainsbourg avait brûlé un billet de 500 francs et en était quitte pour une polémique et quelques égratignures médiatiques. La même tolérance a-t-elle cours en Zone CFA?