La banque russe VTB a été retenue pour accompagner l’eurobond devant permettre à l’Angola de lever jusqu’à 2 milliards $. Désignée par décret présidentiel du 21 août 2017, la deuxième  banque d’affaires russe aura la lourde tâche de convaincre les investisseurs internationaux dans un contexte de dépréciation des comptes publics du pays-client et de sanctions américaines sur Moscou. 

La première sortie de l’Angola sur le marché de la dette libellée en devise date de novembre 2015.  Elle avait permit à Luanda de récolter 1,5 milliards de dollars. A l’époque, le syndicat de placement était dirigé par Goldman Sachs et comprenait notamment Deutsche Bank et la chinoise ICBC.Pour rappel, les besoins de financement net de l’Angola en 2017 sont estimés à 28 milliards de dollars. Le pays compte lever près de 75% de ses financements sur le marché domestique.

Contrôlé à 61% par l’Etat russe, la VTB a dégagé entre avril et juin un bénéfice net de 30,3 milliards de roubles (430 millions d’euros au taux actuel), dépassant les attentes des analystes.