Suite à notre article de ce jour, sous le titre “Requiem pour Trust Merchant Bank SA”, nous avons reçu un droit de réponse des avocats de ladite institution. Nous le publions en intégralité ci-dessous. 

Monsieur le Directeur de publication,

En qualité d’avocats de la Trust Merchant Bank SA, nous avons pris connaissance avec stupéfaction de l’article gravement diffamatoire que vous avez publié ce jour à l’encontre de cette institution.
Notre cliente nous charge d’apporter le démenti le plus formel à l’ensemble des allégations d’ailleurs totalement erronées communiquées à vos lecteurs.

Vous avez omis de tenir compte, par un choix visiblement délibéré et spécifique, hors contenu et contexte, de certains chiffres des passages du rapport annuel 2016 de la Trust Merchant Bank SA pour confectionner votre article sur la Trust Merchant Bank SA et cette omission intentionnelle établit dans votre Chef une volonté délibérée de nuire.

Nous vous mettons en demeure d’avoir à transmettre la présente rectification sans préjudice du droit de notre cliente de vous adresser un droit de réponse complet qu’il vous appartiendra, conformément à la loi, de publier et d’une action pénale en vue de voir sanctionner vos propos diffamatoires et calomnieux ainsi qu’une action civile visant à obtenir réparation intégrale du préjudice subi.

Veuillez nous croire.

Maître N’senga N’kulu Shabo, avocat au Barreau de  Lubumbashi/RDC

Maître Claude Bontinck avocat au Barreau de Bruxelles


Réponse de la rédaction

Nous avons été assez surpris de la réaction disproportionnée contenue dans ce droit de réponse. Financial Afrik n’avait fait que reprendre les éléments de l’activité  de Trust Merchant Bank au titre de l’exercice 2016. Notre propos s’était focalisé  notamment sur un PNB et un résultat net en fort recul ainsi qu’un coefficient d’exploitation qui atteint 89%, soit deux fois la moyenne généralement admise pour les banques.

Afin de donner au lecteur toute latitude d’en juger, nous publions ce tableau complet.