Dans une note du 9 août adressée au premier ministre du Congo, l’Union patronale et interprofessionnelle du Congo (UniCongo) dénonce le harcèlement dont le secteur privé fait l’objet.  “Nos adhérents sont harcelés par la police administrative et les services de la surveillance du territoire, qui leur exigent des dossiers comprenant une vingtaine de documents ou de renseignements, dont le contrôle relève de la compétence légale des administrations du commerce, du travail et de l’emploi, des impôts, des PME, des assurances, de la CNSS, de l’ONEMO et des différentes administrations du secteur d’activité de l’entreprise”, se plaint l’organisation patronale dans une missive parcourue par Financial Afrik.

Selon l’UniCongo, la police administrative et les services de la surveillance du territoire vont jusqu’à exiger aux directeurs généraux de produire leurs diplômes d’études  supérieures, des prospectus commerciaux et des cartes de photos personnelles pour l’établissement de “curieuses fiches de police individuelles qui paraissent totalement insolites”.

Pour l’union patronale, cette intrusion “harassante” des services de police dans les entreprises privées assombrit le climat des affaires préoccupant dans un contexte économique et financier très difficile où de nombreuses sociétés luttent quotidiennement pour leur survie.

 


 Notre pays connaît des difficultés réelles. Vous devez le savoir, personne ne doit les dissimuler

 

Ce contenu est réservé aux membres munis d'un pack abonnement Premium.
Si vous ne possédez pas d'abonnement vous pouvez choisir une des options suivantes :

Devenir premium  Acheter cet article