La croissance économique de la Tunisie s’améliore lentement, selon une récente mission du Fonds monétaire international (FMI) déployée à Tunis dans le cadre de la mise en œuvre d’un  programme de réformes économiques appuyé par l’institution. Mais le pays doit faire face à certains défis pour maintenir et/ou soutenir sa croissance.

En effet, l’économie souffre d’une forte consommation qui alimente l’inflation et augmente davantage ses déficits budgétaire et externe pourtant déjà élevés, selon la mission du FMI. La croissance est en voie d’atteindre les 2,3% en 2017, note-t-elle, alors que l’inflation sous-jacente a grimpé à 5,5 % en juin 2017.

Cette dynamique exerce des pressions à la baisse sur le dinar, commente Björn Rother, le chef de la mission ayant séjourné dans la capitale tunisienne du 26 juillet au 3 août.

Notons que la Tunisie doit son embellie à la reprise dans les phosphates, l’agriculture et le tourisme, après la baisse de croissance enregistrée en 2016 (1% contre 1,1% l’année précédente).