En 50 ans d’existence, la Banque africaine de développement (BAD) a financé plus de 450 projets de transport, à savoir les routes, ports, aéroports et voies ferrées pour 450 millions de personnes bénéficiaires à travers l’Afrique, précise la BAD dans une carte publiée à l’occasion du cinquantenaire du premier projet financé par la Banque, en 1967, des voies routières au Kenya.

 

Entre 1967 et 2017, la Tunisie et le Maroc ont reçu de la part de la Banque africaine de développement (BAD), respectivement, 2,7 milliards et 2 milliards de dollars de financements de projets de transports.

 

Ces deux pays maghrébins sont ainsi les premiers bénéficiaires des financements de la BAD destinés aux transports durant les 50 dernières années. Ainsi, la Tunisie a reçu 2,7 milliards de dollars pour le financement de 14 projets, portant renforcement de 5.300 km de routes, construction d’une autoroute, de l’aéroport d’Enfidha en plus de la modernisation du réseau ferroviaire.

 

Pour sa part, le Maroc a bénéficié d’un financement de 2 milliards de dollars qui ont servi également dans 14 projets portant renforcement de 6.000 km de routes, la construction ou la modernisation de 7 aéroports, construction d’une autoroute, et construction de 290 km de voies ferrées ainsi que le financement du port de Nador.

 

L’Algérie, quant à elle, n’a reçu que 760 millions de dollars de financements de la BAD entre 1967 et 2017, et ce, pour 8 projets, dont le bitumage et le renforcement de 1.200 km de routes, l’équipement du port de Djendjen (wilaya de Jijel) et l’amélioration du réseau ferroviaire.

 

Quant à la Mauritanie, elle a bénéficié de 90 millions de dollars pour le financement de son réseau de transport.

 

Au niveau sous régional, la carte fait apparaître l’importance prise par l’Afrique de l’Est. Les financements alloués aux projets du secteur des transports dépassent ainsi le milliard de dollars au Kenya, en Tanzanie et en Ethiopie. L’Afrique de l’Ouest vient ensuite, avec, notamment, comme locomotive la Côte d’Ivoire, qui a bénéficié récemment de mégaprojets de transport urbain.

 

Au total, ce sont plus de 40 000 km de routes qui ont été bitumées via des financements de la Banque.

 

Les ports africains ont également fait l’objet de nombreux financements, dont 16 d’entre eux ont été créés, agrandis ou modernisés, notamment en Afrique de l’Ouest.


 

Mariata DIENG