Gwendoline Abunaw, la directrice générale d’Ecobank Cameroun a réfuté, le 08 aout 2017, les rumeurs selon lesquelles la banque panafricaine devrait mettre la clé sous le paillasson.

En effet, depuis quelque temps, ladite banque est entrée dans une phase de restructuration ayant entrainée la fermeture de beaucoup d’agence et une réduction de son personnel.

Gwendoline Abunaw a catégoriquement démenti ces murmures. Selon elle, Ecobank est actuellement la 4e plus grande banque au Cameroun, avec des bénéfices avant impôt à la fin de l’année 2016 de 13,8 milliards de francs CFA et un rendement des capitaux propres de 50%.

Par ailleurs, elle a reconnue que la banque est en restructuration, car  dit-elle « c’est une option pour mieux servir la clientèle».

Pour la patronne d’Ecobank Cameroun, la banque a pris la décision de s’embarquer dans la mouvance internationale qui consiste à délaisser «la banque traditionnelle qui a fait son temps pour aller vers le numérique en vigueur dans les marchés internationaux». Dans ce contexte, la digitalisation de la banque a pour «objectif de rapprocher les services bancaires des masses en fournissant des plateformes qui captureront les populations non bancarisées».

Avec 250 000 clients, Ecobank veut gagner des parts de marché dans la population financière du Cameroun estimée à un plus de deux millions de personnes.

Selon les responsables de la banque, avec un réseau de 22 agences et points de vente dans 9 des 10 régions et 68 distributeurs automatiques à travers le Cameroun, la digitalisation vient plutôt élargir l’offre de services en direction de la clientèle

Ce contenu pourrait également vous intéresser