Entrée en vigueur en mars dernier dans six pays de l’espace CEDEAO, le free roaming est un projet de réduction des coûts d’itinérance des appels téléphoniques dans cet espace sous régionale. Plus de quatre mois après, les pays engagés dans ce projet notamment la Guinée, le Burkina, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Sénégal, la Sierra Léone et le Togo sont en conclave à Conakry du jeudi 10 au vendredi 11 août pour évaluer l’impact de ce projet intégrant.

 

L’assemblée des régulateurs de la Télécommunication de l’Afrique de l’ouest (ARTAO), les autorités nationales de régulation des pays engagés dans ce projet, et les directeurs des opérateurs de téléphonie mobile tous représentés à cette rencontre d’évaluation ont salué la portée hautement intégrant du projet free roaming et émis en substance la nécessité de poursuivre et d’accélérer les mécanismes de mise en œuvre du Free Roaming.

 

Dans son discours de bienvenue, le directeur général de l’autorité de régulation des postes et télécommunication (ARPT) de Guinée, Antigou Cherif, a déclaré que le programme Smart Africa, a une seule vision, celle de transformer l’Afrique en un marché numérique unique. Le  Free Roaming est, selon lui, un axe majeur de cette vision, donc une matérialisation de la volonté politique des chefs d’États.

 

« Le présent atelier nous offre l’opportunité d’échanger. Cependant, estime-t-il, de nos échanges doivent émerger des recommandations utiles et pertinentes susceptibles d’aider les consommateurs à mieux comprendre notre projet, servir de guides aux autres pays de la CEDEAO non signataires du protocole d’accord  d’Abidjan et d’établir des délais de mise en œuvre des recommandations issues de cet atelier » a souhaité le responsable de l’ARPT de Guinée.

 

Pour sa part, le secrétaire exécutif de l’ARTAO, Elhadj Lamino Maman, croit savoir que le roaming free va booster tous les éfforts consentis vers un marché commun, faciliter la libre circulation des biens et services et surtout améliorer le contrôle de la sécurité des États. La CEDEAO dispose désormais, à l’en croire, d’un outil éfficace pour l’accompagner dans son intégration sous-régionale.

 

Depuis l’adoption de la feuille de route sur la mise en place de roaming free à l’atelier de Dakar en juillet 2016, 6 pays membres ont signé le protocole d’Abidjan et entériné l’entrée en vigueur de l’accord fin mars 2017.

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser