Sur l’année 2016, les investisseurs étrangers détenaient 192 milliards de dirhams (20 milliards d’euros environ) sous forme d’actions à la Bourse de Casablanca.  D’après le tout dernier rapport de l’Autorité marocaine des marchés (AMC), ce volume, sur une capitalisation boursière de 583 milliards de dirhams,   est assez édifiant.   La  catégorie d’investisseurs étrangers détient 32,97% du marché actions.

Quoique importante, cette  proportion s’inscrit en diminution par rapport à l’année précédente (34, 38%). Selon le rapport, l’essentiel de l’investissement étranger se fait sous forme de participations stratégiques. Cette option représente 91% des investissements. L’investissement étranger dans le flottant des entreprises cotées représente 2,77% de la capitalisation boursière et 12,73% de la capitalisation flottante.  Quant à l’encours des titres de créance détenus par les étrangers, il s’établit à 458 millions de dirhams dont presque la moitié réalisée par les étrangers non résidents. Le placement étranger  dans les OPCVM cumulé atteint 1,57 milliard de dirhams investis par les personnes physiques.

En termes de flux transigés sur le marché boursier, les étrangers sont  à l’origine de 12% du volume transactionnel global sur les deux marchés central et bloc, dont 72% sur les transactions opérées sur le marché central. Dominé à hauteur de 98% par les personnes morales, le volume transactionnel étranger est du ressort des européens qui ont le plus d’actifs, soit 71% des parts , suivis de près par les africains avec 14%.