Le Président Paul Biya accompagné de son épouse, Chantal Biya, le 1er avril 2014, à Bruxelles lors du 4ème Sommet Union Européenne-Afrique.

La phase II de l’Accord de partenariat économique (APE) bilatéral entre le Cameroun et l’Union européenne (UE)  a été lancée  jeudi 4 août 2017.

Il y a an un, lors de la première phase, une baisse de 25% était intervenue sur une liste de 1700 produits du premier groupe. La phase II vise, elle, 920 produits semi-industriels et stipule une   baisse de 50% des droits douaniers. Le manque à gagner direct sur les recettes douanières sera compensé par l’effet d’entrainement induit par l’accord semble expliquer le directeur de la douane.

L’activation de l’accord entraînera aussi une baisse de 15% sur le matériel destiné à la production locale, notamment les camions et  les véhicules de transport de marchandises. La phase II de l’APE bilatéral vise 920 produits principalement constitués d’équipements industriels et de matériels de transport. Selon le gouvernement, cette démarche va permettre aux importateurs d’accéder plus facilement à des appareils industriels de qualité et à moindre coût.

Le Cameroun, qui jusqu’ici fait cavalier seul au sein de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEMAC), s’est engagé à libéraliser 76,7% de ses lignes tarifaires, correspondant à 80% du volume des échanges avec l’UE dans les groupes 1 (24,88% des importations sur 4 ans), 2 (25,41% des importations pour 7 ans) et 3 (29,64% des importations sur 10 ans).

Il faut noter que des données officielles indique que la douane du pays a enregistré un manque à gagner d’un montant total de 700 millions FCFA pendant les 10 premiers mois suivant l’entrée en vigueur de l’APE bilatéral.