Il y a deux ans,   l’Etat Ivoirien avait fait démolir sans sommation le complexe Café de Rome dans le cadre de l’aménagement de la Baie de Cocody vendue à des groupes marocains.

Le groupe RCIA,  propriétaire du café de Rome,  avait  cherché  en vain un terrain d’entente avec l’État, lequel  arguait agir dans le cadre de l’utilité publique.  Sans indemniser l’exploitant qui détenait un titre foncier sur le terrain, l’Etat a procédé à la démolition du complexe qui employait  200 ivoiriens.
La RCIA avait  alors saisi le centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI).  Mal conseillé sans doute, Abidjan avait cru bon contester la  compétence de cette instance   arbitrale internationale. Une tactique hasardeuse puisque, en date du 1er août 2017, le CRDI a confirmé, dans une décision dont nous détenons copie, sa pleine et entière  compétence à statuer sur le contentieux. La note risque d’être salée.