L’Egypte va dépasser son objectif de 10 milliards de dollars d’investissements directs étrangers cette année.  Le ministre des investissements, Sahar Nasr, explique ce bond en avant  par la dévaluation de la livre qui réduit le coût des affaires dans la plus grande économie d’Afrique du Nord et l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi sur les investissements.

 

« Le pays est en négociation avec des investisseurs d’Arabie Saoudite, de Singapour, de Chine et des Émirats arabes unis sur des projets porteurs. Les potentiels investissements sont concentrés dans les secteurs du pétrole et du gaz, de l’immobilier, du tourisme et de la logistique » a expliqué Nasr, indiquant qu’ « il était trop tôt pour commenter la taille des offres potentielles ».

 

Rappelons que le Caire vient de se libérer  d’une éprouvante pénurie de devises étrangères grâce à la dévaluation de moitié de la monnaie nationale par rapport au dollar américain, ce qui a également permit au gouvernement d’obtenir un prêt de 12 milliards de dollars auprès du FMI. Le gouvernement a également entrepris un programme de réforme structurelle qui comprend des réductions de subventions et de nouvelles taxes pour contrôler le déficit budgétaire en hausse constante.