Le taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) réel au Burkina Faso est passé de 4% en 2015 à 5,9% en 2016. Ce jugement favorable sur la performance économique de Ouagadougou a été émis par Le Fonds monétaire international (FMI).

 

Les chiffres ont été confirmés dans un communiqué du ministère burkinabé en charge de l’Economie, publié mardi 01 août. Selon le document,  une lettre d’intention relative aux politiques économique et financière du pays a été soumise au Conseil d’Administration de l’institution de Bretton Woods qui, le 14 juillet dernier, « a jugé satisfaisant les résultats obtenus » par le Burkina Faso.

Le texte du ministère a par ailleurs souligné que  les services du FMI ont notamment relevé que malgré les problèmes sécuritaires et les tensions sociales, la performance du pays dans le cadre de son programme triennal 2014-2016 est restée satisfaisante. Et la mise en œuvre des réformes a permis une bonne gestion macro-économique.

En ce qui concerne l’inflation, elle a été maintenue en dessous de la norme communautaire, affichant un taux de -0,2% en 2016 contre 0,9% en 2015, selon le FMI.

 

Au titre des prévisions en 2017, les services du FMI prévoient un affermissement de la croissance du PIB réel, aux environs de 6,5% à moyen terme.

Cependant, l’institution internationale a recommandé aux autorités étatiques du Burkina de porter une attention particulière à la hiérarchisation et la sélection des projets et aux réformes institutionnelles de manière à développer les capacités d’absorption et d’exécution.