Le rapport, présenté au Sénat jeudi  27 juillet, a été renvoyé pour de nouveaux examens, car il n’a pas permis de détecter d’éventuelles infractions par toutes les parties prenantes, a déclaré les sénateurs dans un communiqué repris par Reuters.

Le rapport en question avait exonéré le géant des télécommunications MTN, accusé d’avoir fait sortir du pays illégalement 14 milliards de dollars.

Le Sénat a tout de même  formé un comité chargé d’enquêter sur ces allégations contre MTN et les institutions financières incluant la Banque centrale du Nigéria (CBN) et les banques commerciales telles que la NIC Nanjing IBTC Bank PLC.

Par ailleurs, le sénat  a reproché à la banque centrale du Nigéria de ne pas surveiller les transferts de fonds vers et depuis le pays.

Pour rappel, en septembre  2016, la chambre haute du parlement  nigérian  avait accusé l’opérateur sud-africain d’avoir procédé  à des transferts d’argent illégaux. « Ces allégations sont totalement infondées », avait  réagi Ferdi Moolman, le PDG de MTN Nigeria, dans un communiqué.

Cet épisode était intervenu quelques temps après que MTN ait été condamné à payer une amende record de 1,7 milliard de dollars au Nigeria pour ne pas avoir  désactivé  toutes les cartes SIM anonymes.

Ce contenu pourrait également vous intéresser