L’administration tanzanienne vient  de fixer une facture de  190 milliards de dollars correspondant aux supposées fraudes fiscales du groupe minier Acacia Mining.  Ladite facture s’établit comme suit : 40 milliards de dollars d’impôts et  plus de 150 milliards de dollars de pénalités et d’intérêts.

Une grosse somme en comparaison avec le milliard de dollars de chiffre d’affaires enregistré par Acacia Mining en 2016 et qui équivaut à 3 fois le PIB du pays. Cette facture représente par ailleurs, près de 2 siècles de chiffre d’affaires pour Acacia.

Ces charges correspondraient aux impôts sur les revenus d’exportations des mines de Bulyanhulu et Buzwagi, dont Acacia ne se serait pas acquittée en totalité sur des périodes comprises entre 2000 et 2017.

Le groupe minier campe pour sa part sur ses positions et nie toute malversation ou sous-déclaration de sa production en minerais. Il n’empêche que le duel entre l’entreprise et le gouvernement a largement éprouvé la santé du groupe qui a perdu près de 42% de sa valeur en l’espace de 3 jours.

Pour rappel, Acacia Mining détenue en majorité par le géant minier Barrick Gold Corp a enregistré 1,05 milliard de dollars de chiffre d’affaires en 2016, pour des ventes équivalentes à 7,7 milliards de dollars, depuis 2009.

Il faut noter également que le montant de la facture imposée à Acacia représente le double des frais fiscaux déboursés par les 5 premières compagnies minières mondiales depuis 2000.

 

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser