Le G20 s’est penché pour la première fois sur l’avenir socio-économique du continent africain à Hambourg les 7 et 8 juillet 2017.

C’était une priorité de la présidence allemande du G20 : aider l’Afrique à devenir attractive pour les investisseurs privés et garantir ainsi son développement économique. L’initiative a commencé à prendre forme autour de 7 pays : L’Ethiopie, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Maroc, la Tunisie, le Rwanda et le Sénégal, avec notamment la mise en œuvre d’un ambitieux plan de développement, le « Compact with Africa ». Ce dernier a déjà donné lieu à plusieurs événements, dont une conférence ministérielle destinée à mobiliser le secteur privé ainsi que les investisseurs internationaux, et un sommet Afrique-Allemagne, qui s’est tenu en juin dernier à Berlin.

La chancelière allemande ne veut pas d’un énième plan avec des promesses d’aides. Elle souhaite que les pays africains deviennent des pays où l’on vient investir. Pour cela, elle a appelé ces pays à engager des réformes visant à harmoniser leurs réglementations et à réduire les risques liés aux investissement.

“Nous avons pour la première fois, un plan de développement pour et par l’Afrique, et nous pouvons désormais travailler avec l’Afrique “ Angela Merkel

Samedi 8 juillet, à l’issue du sommet du G20, les principaux pays développés se sont engagés dans leur déclaration finale à “encourager le secteur privé, à saisir les opportunités économiques africaines en soutenant une croissance durable et la création d’emplois “.

En tant que plateforme de crowdfunding dédiée à l’investissement dans les startups et les PMEs en Afrique, Afrikwity s’inscrit dans  cette démarche et se positionne comme une solution innovante permettant de drainer les flux d’investissement vers le secteur privé en Afrique.

Afrikwity s’engage aussi au niveau international et auprès des autorités de plusieurs pays africains pour développer et harmoniser des cadres réglementaires favorables au développement du crowdfunding en Afrique.