Le géant britannique de l’extraction de platine en Afrique du Sud, Lonmin vient de revendiquer une hausse de 15% de ses bénéfices nets à fin juin dernier. Cette augmentation survient dans un contexte où la platine a perdu 50% de sa valeur ces six dernières années.

Le management de Lonmin a également déclaré que la cotation du groupe a enregistré une hausse de 12% sur la place de Londres. De bons résultats qui surviennent après sa stratégie de diversification alors que le secteur minier dans le pays vit au rythme d’un bras de fer législatif entre le gouvernement de Pretoria et les opérateurs miniers.

Parallèlement à cette stratégie dans le segment industrie, le groupe cherche également à maintenir son niveau de compétitivité face à l’argent. Ce minerai a en effet accusé une baisse de 50% par rapport au platine durant ces six dernières années. Un avantage compétitif qui a coïncidé avec la croissance du segment des voitures électriques et la contraction des ventes de véhicules diesel sur le marché européen.

Cette suite conjoncturelle a fini par exercer des pressions sur les prix du platine et par ricochet sur les bénéfices des concurrents de Lonmin, alors que le groupe a bénéficié de la stabilité de l’offre dans ces segments en Afrique du Sud, son marché traditionnel.

A noter que, sur les cours internationaux, le prix du platine reste inférieur aux prévisions, avec une baisse de 4,7% par rapport au trimestre précédent, soit 867 dollars l’once à fin juin dernier. A la même période, les revenus de Lonmin ont atteint 11 506 rands (888 dollars) par once (31,1 grammes) de métaux produits.