Par Mariata DIENG 

A l’occasion du sommet des dirigeants du G20, le Groupe de la Banque mondiale a annoncé la création d’un nouveau dispositif de financement visant à mobiliser plus d’un milliard de dollars pour promouvoir l’entrepreneuriat féminine dans les pays en développement.

Pays initiateur de l’idée de ce dispositif, les États-Unis en seront un membre fondateur aux côtés d’autres pays donateurs.

« Cet incroyable dispositif aura un impact énorme sur le développement économique des femmes dans le monde », déclare le Président des États-Unis Donald Trump.

Ce dispositif Women Entrepreneurs Finance Initiative (We-Fi) administré par la Banque mondiale s’emploiera à mobiliser plus d’un milliard de dollars de financements pour améliorer l’accès au capital, apporter une assistance technique et investir dans des projets et programmes de soutien aux femmes et aux PME féminines dans les pays clients du Groupe de la Banque mondiale.

We-Fi vise à faire jouer l’effet de levier des financements des donateurs – d’un montant actuel de plus de 325 millions de dollars – pour débloquer plus d’un milliard de dollars auprès des institutions financières internationales et des banques commerciales, en faisant appel à des intermédiaires financiers, des fonds et d’autres acteurs du marché.

L’initiative bénéficie du soutien solide des donateurs, notamment l’Allemagne, l’Arabie saoudite, l’Australie, le Canada, la Chine, la Corée du Sud, le Danemark, les Émirats arabes unis, les États-Unis, le Japon, la Norvège, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

On estime que 30 % environ des entreprises officiellement immatriculées dans le monde sont détenues par des femmes. Pourtant, 70 % des petites et moyennes entreprises (PME) féminines dans les pays en développement, n’ont toujours pas accès aux services financiers adéquats auprès des institutions financières.

 

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser