Des agents de la Société nationale d’opération pétrolière de Côte d’Ivoire (Petroci) ont entamé lundi, 3 juillet, une « grève illimitée » au siège de la structure pour exiger « un plan social ».

La grogne des travailleurs survient à quelques mois de la cession de ses stations-services à Puma Energy.

Selon des employés, la nouvelle société (majoritaire) envisage de prendre 13 agents de Petroci Holding sur 60 pour ses activités. Pour eux, «un plan social» devrait permettre des départs négociés avec des mesures d’accompagnement.

Ce mécontentement intervient également quatre jours après une conférence de presse de la direction générale qui a annoncé la cession des stations-services de la société dans le cadre d’une joint-venture dans laquelle Petroci devrait détenir 20% du capital.

Pour faire face aux tensions financières que connait l’entreprise, l’Etat ivoirien a, à travers le Conseil d’administration de Petroci pris plusieurs mesures dont la cession de l’activité d’emplissage et de distribution de gaz GPL (butane).

L’accord de transfert des stations-services de Petroci au profit de la future structure Newco a été signé le 5 mai 2017 avec Puma Energy. Concernant la création de cette nouvelle société, les travaux du commissaire aux apports sont en cours et devraient être finalisés dans trois mois à compter de la date de signature.

A la suite de la chute des cours du pétrole, Petroci a connu des difficultés financières. Les pertes d’exploitations, estimées à 2 milliards FCFA en 2013, puis 2,7 milliards FCFA en 2014, se sont établies à 1,5 milliard FCFA en 2015. Quant aux pertes régulières de part de marché, elles sont passées de 33% en 2012 à 22% en 2016.