Le Maroc a reçu l’approbation d’un prêt de 25 millions de dollars du Fonds de technologie propre des Fonds d’investissement climatique (CIF CTF) pour un projet visant à générer de l’énergie solaire grâce à une solution hybride concentrée d’énergie solaire (CSP) et photovoltaïque (PV), lit-on dans un communiqué publié lundi 3 juillet.

Le projet d’énergie solaire concentrée phase 2 de Midelt est soutenu par la Banque africaine de développement (BAD) et la Banque mondiale avec une allocation supplémentaire de 25 millions de dollars EU dans les ressources du Fonds d’investissement climatique.

Le projet comprend deux usines CSP distinctes, chacune avec une capacité CSP de 150-190 MW et un minimum de 5 heures de stockage thermique. La capacité installée prévue du composant PV pourrait atteindre environ 150-210 MW, ce qui rend la capacité totale de chacune des usines proposées 300-400 MW et la capacité totale de cette première phase 600-800 MW.

La conception solaire hybride innovante du projet repose également sur un partenariat public-privé unique entre l’Agence marocaine pour l’énergie durable (MASEN) et les promoteurs du secteur privé, avec une structure de projet d’exploitation et de transfert.

Le projet contribuera de manière significative à la réalisation par le gouvernement du Maroc de sa contribution à l’échelon national selon l’accord de Paris, y compris son objectif consistant à atteindre 52% de la capacité installée des énergies renouvelables (20% de l’énergie solaire) d’ici 2030.