Un virus dénommé «Peyta» est à l’origine d’une nouvelle panique mondiale. En effet, une nouvelle cyber attaque s’est produite, mardi 27 juin 2017, deux mois seulement après celui de «wannacry»  qui avait sévi dans plus de 150 pays . 

Ce nouveau virus «ransomware» dénommé «Peyta» qui chiffre le contenu d’un ordinateur pour le rendre inutilisable jusqu’au paiement d’une rançon s’est propagé comme une poudre dans les ordinateurs n’épargnant ni entreprises, ni service gouvernemental.

Les premières victimes de cette cyber attaque ont été tour à tour, le géant publicitaire britannique WPP, Saint-Gobain, la SNCF et Auchan

Les pays les plus touchés sont l’ukraine, la Russie, leDanemark, la France, le Royaume-Uni, le Norvège et les Pays-Bas…

Selon les premières constatations des spécialistes de la sécurité informatique, «le virus semble être une variante d’un ransomware apparu en 2016, baptisé Petya».

Les pirates responsables de l’attaque informatique exigent 300 dollars en  Bitcoin sachant qu’un Bitcoin vaut 2372 dollars.

Pour le moment, une seule possibilité s’offre aux utilisateurs d’internet : déconnecter immédiatement du réseau les équipements infectés, afin de les isoler.